Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 juillet 2016 3 27 /07 /juillet /2016 08:29

         Il y a des jours comme ça, où vous sentez que l’énergie déborde. Inutile d’envisager de la gastronomie fine : personne ne figure sur l’agenda des invitations cette semaine. Inutile de prévoir du jardinage fin, dans lequel s’épuiserait rapidement ce trop plein de forces : la terre est comme du ciment, on nous a promis des orages qui ne viennent pas, le béton triomphe, tant pis. Inutile de chercher un dérivatif au farniente dans l’écriture : tant que l’immersion dans un nouveau roman ne s’est pas réalisée, c’est de la petite bière, les nouvelles ne peuvent calmer la fièvre d’écrire, tout ce qu’elles font c’est, comme le sucre, d’enclencher l’addiction et générer de nouveaux sujets à traiter en vitesse.  Ces variations sur la parole et le silence que je vous ai annoncées il y a quelques semaines déjà dûment passées chez l’imprimeur (et certes le recueil relié avec son beau titre et sa couverture de plastique a fière allure : on le croirait déjà sorti de chez l’éditeur) n’ont plus qu’à être acceptées par quelqu’un de cette qualité fonctionnelle (admirez au passage le culotté « n’ont plus qu’à… »). Les glanes abondantes et sévères d’une succession difficile traversée dans les angoisses de toute sorte n’ont plus  qu’à être peaufinées avant d’être livrées à la lecture publique où, comme dans un livre à clés, le lecteur  fouillera parmi le texte ainsi que les enfants le lundi de Pâques à la recherche des œufs éparpillés dans le jardin. Et j’ai même commencé un Mon (tout petit) Dictionnaire amoureux de l’Hospitalisation, à partir de nombreuses notes rédigées à l’occasion de ce séjour de vacances du mois d’avril, mais je dois vous avouer qu’à la simple évocation  de l’originalité du café au lait de là-bas, mon estomac se révulse et mon entreprise se trouve coupée à la racine. Même mon énergie de la journée baisse les bras…Il me faut d’urgence imaginer un autre exutoire pour ce trop plein malmené (et j’entends ici la voix pointue de Fabrice Lucchini invisible nous incitant à la télé à « moins de déchets : ça déborde ! »). Oui, ce soir j’ai de l’énergie que je ne sais à quoi employer. Si seulement ça pouvait se mettre en conserve pour « les jours sans »,  comme sous l’Occupation !

lucette desvignes
commenter cet article
26 juillet 2016 2 26 /07 /juillet /2016 09:16

         Hier je vous ai cherché (avec bec et ongles et me battant les flancs) un sujet inédit de méditation, probablement à approfondir selon vos inclinations personnelles. Pourtant je ne voudrais pas vous laisser ignorer, en le tenant caché sous le manteau comme une tare, le compte de nos blogs : hier, donc, c’était la 2250ème. De quoi faire pâlir d’envie le théâtre le mieux en faveur, du Ionesco par exemple, Les Chaises ou La Cantatrice chauve, sans oublier parmi toute une liste merveilleusement tonique et originale le cher Amédée ou comment s’en débarrasser qui peut nourrir tant de remarques d’esthétique théâtrale ou de questionnements sur le sens ou la philosophie de son texte. Je sais bien qu’on peut exécrer Ionesco, mais me semble-t-il c’est de la même manière que celle dont on peut exécrer Picasso, alors je ne me mets pas en branle de guerre pour tenter de convaincre ! si on aime on aime, si on n’aime pas on n’aime pas ; et la messe est dite. Mais pour en revenir à notre petite 2250ème, même si elle ne constitue pas un événement à soulever l’enthousiasme des foules, elle mérite tout de même qu’on s’y attarde un instant. Jusqu’à la deux millième je crois j’offrais le champagne et les petits fours virtuels pour célébrer en compagnie. Or maintenant que les temps sont de plus en plus durs, je limite mes frais d’agence et de fonctionnement : vous devrez donc vous contenter d’une appréciation théorique, d’une cérémonie réduite à son plus simple appareil, pas de discours tonitruant ni de ma part ni de la part d’un individu de marque spécialement invité pour donner du lustre à l’événement.  Non, mes belins-belines, on se contente d’entériner la satisfaisante constatation qu’on continue à tenir ce blog à bout de bras, qu’il nous sert de lien d’amitié entre vous tous en diaspora fidèle (du moins je l’espère) de par le monde et moi sur ma chaire précaire mais têtue, bref on va continuer cahin-caha comme par le passé, il y a encore à faire avant le troisième mille…

………….

lucette desvignes
commenter cet article
25 juillet 2016 1 25 /07 /juillet /2016 10:21

Pour entamer au mieux la semaine nouvelle

En trouvant dans l’actu un beau sujet pour vous

Qui, sans jamais trop vous triturer la cervelle,

Vous façonne l’esprit, l’intellect ou le goût,

 

Je me plonge, non point dans la littérature

Des journaux pour lesquels je n’ai point d’intérêt,

Ni non plus dans « Critique de la Raison pure »

Qui pour vous et pour moi est dépourvue d’attrait,

 

Mais bien dans la télévision qui désinforme :

Depuis qu’on la nommait « l’Intoxe »sous Giscard,

L’information a revêtu comme uniforme

Celui des caquenauds, des sournois, des bavards,

 

Des cramponnés aux basques de la gouvernance,

Des complices de mainte falsification

Qui assénée avec aplomb et assurance

Passe pour vraie aux yeux de la population.

 

Un seul exemple : après la triste horreur de Nice,

Au lieu de prévenir les prochains attentats,

On s’efforce de dédouaner la police,

Et on demande de revenir sur leurs pas

 

Aux témoins qui ont souligné une carence

Dans un dispositif qui se voulait parfait

Mais qui, insuffisant pour contrer la violence,

A laissé arriver d’abominables faits.

 

Vous allez voir ainsi, mes belins, mes belines,

Comment vont se montrer nos présenteurs d’actu :

Selon les courants d’air soufflant dans leur usine,

C est affaire d’Etat … ou on n’en parle plus !

lucette desvignes
commenter cet article
23 juillet 2016 6 23 /07 /juillet /2016 08:44

         Au fond, on se demande bien pourquoi nos médias bien-aimés se donnent tant de mal pour venir faire parler à leur micro des Israéliens compétents pour nous aider dans la lutte contre les terroristes, eux qui, les pauvres, sont depuis plus de soixante ans en territoires occupés (c’est eux qui occupent, donc c’est eux qui pillent et volent et tuent, avec en face d’eux des Palestiniens qui depuis plus de soixante ans défendent comme ils le peuvent leur lieu de vie, leurs villages, leurs plantations d’oliviers et de dattiers, leurs maisons, leur eau). Pas besoin, non, de ces interventions entourées de respect : il suffisait de faire une liste pour dessiner les profils, la situation se clarifiait tout de suite. Ainsi, profil du terroriste : mépris farouche de la vie humaine, désir maladif d’imposer sa façon de voir à autrui, ambition viscérale de terroriser, besoin instinctif de supprimer tout ce qui ne pense pas de même manière, haine de l’autre, recours naturel à la violence et à la  torture, dédain absolu des règles établies par le reste du monde, refus d’accepter les codes de guerre reconnus par tous, caractère souterrain des préparations, caractère brutal et inattendu des opérations de mort spectaculaires (Plomb durci, Défense des frontières etc.)… Mais sapristi, voyez mon étourderie ! Est-ce que ce ne seraient pas là les principes du cousin presque frère ? Ce profil-là, on le connaît aussi hélas et depuis longtemps. On n’avait pas besoin de l’affubler d’une étiquette pour s’y reconnaître !

lucette desvignes
commenter cet article
22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 08:42

         Lorsque la  situation d’une nation apparaît comme inextricable, douloureuse, angoissante, la question qui se pose ou devrait se poser est « Que faire ? ». Oulianov, autrement dit Lénine, a utilisé la formule de manière retentissante : Chto diélo ? avant d’essayer d’organiser la Russie d’après la révolution de 17 et même d’avant. Je ne pense pas qu’il faudrait donner cet exemple à notre attelage réuni sous le même joug (ce qui ne les empêche pas de tirer chacun à Hue ! ou à Dia ! comme unique démonstration de personnalité) . Pourtant, dans les circonstances tragiques qui ont installé un climat de consternation désolée et d’inquiétude de tous les instants dans notre pays, il serait indispensable d’avoir une vision claire, précise, équilibrée de la situation et des éventuelles menaces à venir. Or il se trouve que tout semble avoir été tenté, sinon exécuté jusqu’au bout de manière efficace. Il semble même que les idées efficaces ne se sont pas transformées en actions de même type (paperasseries ? indolence ? mauvaise communication entre services ? délaissement de services compétents au profit d’actions spectaculaires au nom retentissant qui ne servent rigoureusement à rien ?). Vers qui donc se tourner pour avoir une simple idée de ce qu’il faudrait faire ? Qui donc est spécialiste en lutte armée contre les terroristes ? Mais Israël, bien sûr, luttant si vaillamment contre les terroristes palestiniens (vous vous souvenez que nos résistants étaient appelés terroristes par tous ceux qui voulaient les voir au diable ?). Voilà au moins une conduite sur laquelle prendre exemple , et c’est d’autant plus normal que c’est notre cousin presque frère Benyamin  qui régit cette politique, que nous lui faisons des mamours admiratifs depuis si longtemps déjà, à tel point que nos chers médias toujours aux aguets pour savoir la direction du vent en font tout un plat, interviews, questions aux anciens généraux israéliens, aux chefs des services secrets,  bref du gouvernement jusqu’aux commentateurs à sa solde on vit à l’heure de Tel-Aviv dans ses pompes et dans ses œuvres. Dire que c’est de ça, oui, de ça ! que nos pilotes attendent  des conseils… On croit rêver, cauchemar pénible et poisseux – mais non ! La radio et la télé s’en donnent à qui mieux mieux pour exhiber venus de là-bas des gens d’expérience, aguerris, compétents. Non, ce n’était hélas pas un cauchemar…

lucette desvignes
commenter cet article
21 juillet 2016 4 21 /07 /juillet /2016 09:42

         3 heures 10 pour Yuma… Dans la série des trains américains qui sifflent trois fois ou qui sont le dernier pour Gunhill, celui-ci est un remake, et je l’ai regardé car on le disait honnête. Je me demande toujours pourquoi un réalisateur reprend un sujet déjà devenu familier à tout le monde pour en donner sa mouture personnelle. Il y a sans doute là-derrière une grosse part de vanité : vous allez voir ce que vous allez voir, un sujet pareil a été proprement bâclé la dernière fois…(Je laisse naturellement de côté le fanatisme technologique qui pousse un metteur en scène à refaire strictement les mêmes séquences, comme je crois cela a été fait pour cet affreux Hitchcock avec Anthony Perkins et la fille poignardée sous la douche sans qu’on en voie rien : je persiste à trouver que c’est un des pires films de Sir Alfred, de construction comme de sujet ou de vérité psychiatrique, et que le porter aux nues comme un film culte est parfaitement aberrant – mais ce que j’en dis…). Eh bien certes ce remake-ci n’a presque aucun rapport avec son modèle, qui était un classique du genre, célèbre pour la durée entière d’un film avec le héros habituel menotté et sous bonne garde. C’était simple de scénario, facile à suivre, un peu construit selon des séquences théâtrales et utilisant les types de la comédie humaine du Western sans désir de changer les critères. Davantage d’ambition avec Brian de Palma, comme il fallait s’y attendre. Beaux gros plans comme Sergio Leone mais aussi Eisenstein lui ont appris, insistance sur l’expression des faces difficiles à distinguer sous leurs chapeaux,  désir de  faire un héros d’un brave paysan poussé au pire par la misère et la provocation et qui jusqu’au bout refuse le pire. Je ne sais plus comment le prisonnier était mis dans son train avec le premier film ; avec le deuxième j’ai eu plus de mal, dans les scènes de bagarre avec tous ces chevaux, à démêler les bons des mauvais (mis à part que le mauvais était loin d’être mauvais,  troublant Russell Crowe), mais je n’oublierai pas la fin de ce remake, éminemment morale puisque le menotté monte de lui-même dans le train qui l’emmènera au pénitencier après avoir vu ce dont un pauvre fermier était capable… 

lucette desvignes
commenter cet article
20 juillet 2016 3 20 /07 /juillet /2016 09:04

Alors, mes belines-belines, la voilà, cette lettre. Vous pensez bien que je n’allais pas la garder pour moi toute seule. Une lettre comme ça, c’est meilleur et plus utile si elle est éparpillée un peu partout et que tout le monde est mis au courant.                                                                                       

 

Le 18 juillet 2016.

A Monsieur le Ministre de la Défense Jean-Yves LE DRIAN,

 

         A l’heure où tout le monde et son père voue le gouvernement actuel aux gémonies pour ses maladresses, ses lâchetés et ses mesures aberrantes, je voudrais élever ma voix jusqu’à vous pour vous féliciter de vos projets et entreprises.

         En effet, le bruit vient de se répandre que vous allez acheter sur le marché israélien pour plus de cent millions de drones à la société Elbit, réputée s’il en est pour ses réalisations et sa recherche de pointe en matière d’armes de guerre. C’est le choix le plus judicieux qui se puisse faire : aucun autre pays n’autorise  ses fabricants de fournitures militaires à les essayer directement sur les populations, or la société Elbit se targue d’être autorisée à tester les engins sortant de ses usines sur les populations et les territoires palestiniens (elle ne le proclame pas urbi et orbi, naturellement, mais les acheteurs éventuels sont informés sous le manteau de cette qualité essentielle unique, donc vous l’avez été).

          Vous avez donc fait le bon choix, Monsieur le Ministre, à tous égards. D’abord parce qu’il est indispensable que nous nous tenions fin prêts pour la prochaine guerre. Ensuite parce qu’il est bon pour l’économie mondiale qu’on relance si peu que ce soit la course aux armements : de la compétition naît la qualité, il est bon de la nourrir. Enfin, parce que tout ce que fait, vend ou décide  Israël est parfait voire exemplaire : affronter depuis tant d’années l’indignation du monde, ignorer les accusations de crimes de guerre alors qu’on voit l’armée ricanante et les mains rouges, ne tenir aucun compte des lois de l’humanité ou de la justice les plus strictes, vraiment il faut le faire, Monsieur le Ministre, et vous avez raison de renforcer votre amicale admiration pour un pays doté d’un tel courage et d’un tel dédain au regard du reste de l’univers.

         C’est pourquoi, Monsieur le Ministre, au lieu d’ajouter votre initiative pour les drones israéliens à l’interminable liste des erreurs, renonciations, manques de parole, bassesses, trahisons, perfidies de toute sorte dont le gouvernement actuel est responsable, je vous félicite très sincèrement de ne pas tenir compte de ce que l’histoire tragique de la Palestine nous enseigne depuis déjà tant d’années et d’ajouter fièrement le nom de la France aux complices des exactions israéliennes.

          Très sincèrement,

 

Lucette DESVIGNES 

9 Rue Paul Lippe 21000 DIJON

21000 DIJON.

 

lucette desvignes
commenter cet article
19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 08:07

         Mes belins-belines, j’ai il y a peu exhumé pour vous une lettre à M. Fabius, l’un de mes bien-aimés au pays des puissants bien au chaud dans leur fromage. Pour bien vous prouver qu’il n’était pas un chouchou unique, je vous transmets aujourd’hui une missive écrite hier, en plein dans l’actualité du budget militaire. J’ai essayé de l’envoyer par e-mail, si facile d’emploi et si rapide. Or, mes agneaux, le ministre de la Défense auquel je réservais mes roucoulades a prévu qu’un tollé de protestations allait accueillir ses achats de drones made in Israël. Vous savez ce que faisaient les seigneurs de la féodalité devant une menace de confrontation ou d’opposition ? Ils faisaient lever le pont-levis et, tout prêts pour un siège à l’abri des flèches, ils n’accordaient pas plus d’attention  à l’adversaire qu’à une guigne. Eh ! bien M. Le Drian, notre estimé ministre de la défense, se révèle parfaitement au courant des pratiques militaires du Moyen-Âge : il se barricade dans son château et attend la fin du siège avec sérénité et désinvolture. (Il a bien fait de ne pas compter sur un siège trop long : avant juin 2017 il sera évacué avec toute sa troupe de rigolos, on verra alors comment la Défense s’organise). Modernisant les techniques d’isolationnisme d’antan, il a supprimé tous les e-mails menant à lui : non seulement celui du ministère pour le tout venant, mais chacun des e-mails de son armée de secrétaires, Hugo, Luiz, Véronique… Heureusement, il reste la Poste parmi les services publics qu’ils ont délabrés avec ses petits copains du gouvernement : demain, à l’aube, à l’heure où blanchit la campagne, il saura que je lui ai écrit.

lucette desvignes
commenter cet article
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 08:46

         « Le ciel est par-dessus le(s) toit(s), /Si bleu, si calme… ». Tu avais bien raison, mon vieux Paul : un bleu uniforme s’étend d’un bout à l’autre de mon horizon ce matin, un azur délicat sans la moindre nuance, pas la moindre interruption de la couleur par le moindre flocon, si blanc fût-il pour faire ressortir ce bleu incroyable. Incroyable dans sa nuance comme l’est la Méditerranée loin des côtes, un bleu d’encre qu’on dirait inventé par les cartes postales tant qu’on ne l’a pas vérifié par soi-même. Si bleu si calme ce matin que j’ai arrosé mes phlox avant que le soleil n’ait gagné leur territoire. Je voudrais en mettre partout, de ces phlox, et depuis plusieurs années je les soigne depuis leur petite taille rabougrie : oui, il a fallu quatre ans pour que les plantations d’octobre pussent à peu près rattraper les vigoureuses, éclatantes, sublimes acquisitions « toutes faites » du printemps. L’orgueil d’être responsable des floraisons actuelles m’a coûté tout ce temps de sollicitude et de découragement, mais le résultat est presque aussi stimulant qu’avec les « achetés tout fleuris », donc nuances à choisir sur pièce – on peut ajouter aussi le plaisir du suspense pour les couleurs des plantations d’octobre : voilà deux ans que j’achète une dizaine de plants dans l’espoir d’en avoir au moins un bleu clair sur le lot ; jusqu’à présent macache ! comme disait mon père. Et certes j’ai mes préférés dans toute cette gamme, même si certains se sont encore jalousement réservés (je rêve qu’ils seront bleus comme des hortensias) ; mais saumon, blanc, rouge coquelicot me ravissent (ce rouge serait-il la marque de l’origine de la plante, avant que les jardiniers de laboratoire ne se lancent dans les « obtentions » qui au fond ne sont que des dégénérescences ? car mes trois pieds de cette   couleur vermillon si tonique buissonnent et foisonnent avec vigueur,  comme pour faire honte aux autres qui poussent de misère, se limitant à une tige qui d’ailleurs ouvertement réclame une surveillance de tous les instants). Voilà, mes belins-belines,ce qu’on peut faire dans une matinée de dimanche quand le ciel est si bleu et si calme.

lucette desvignes
commenter cet article
16 juillet 2016 6 16 /07 /juillet /2016 10:11

         On a beau savoir qu’avec Nethanyaou on touche le fond du fond de l’ignominie du comportement humain, on est toujours surpris par les fioritures qu’il ajoute à ses principes. Par exemple, on sait qu’il détourne l’eau des Palestiniens (puisque l’arrangement complice des autres états a mis sous contrôle israélien le destin logistique des territoires que dès la proclamation de l’Etat d’Israël on s’est empressé de retirer à la Palestine pour en faire don à l’ennemi) afin non seulement d’établir l’apartheid dans la distribution de l’eau selon des proportions effarantes,  mais de ruiner les plantations des uns en développant jusqu’à l’exubérance celles des autres. On sait aussi que sous prétexte de construction de logements pour des centaines de familles en attente le terrain à bâtir se trouve sans problème : on démolit les maisons, on chasse les villageois, on rase tout et on reconstruit (ça se fait couramment et le monde entier sauf moi admire que tout soit exécuté si vite et si bien)..Mais Tsahal au doux nom (tout au moins une portion spécialement entraînée et agissant secrètement : on vient tout juste de le découvrir) s’est associée au-delà du plateau du Golan avec les terroristes syriens pour compliquer encore un peu la situation en Syrie : elle brandira sa participation avec autorité quand on règlera les comptes, l’ignoble Bachir qui ne saura plus où il en est devra lâcher du terrain de la plaine syrienne au-delà du Golan puisque Israël se vantera d’avoir combattu les rebelles (lesquels ? pas en tout cas les terroristes auxquels il s’associe sans vergogne, avant de nier en public).

lucette desvignes
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens