Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 09:19

          Bon ; C’est fait. Chacun sait ce qu’il doit accepter, qu’il ait rêvé d’ un autre résultat ou non. On va pouvoir changer de sujet, tout au moins une petite semaine,  je l’espère. En tout cas, une chance apparaît qu’on puisse se concentrer sur d’autre chose que nos urnes nationales. Je voudrais – vous ne vous en étonnez pas, je suppose, me connaissant comme vous me connaissez – vous parler de la Palestine. Ce serait une honte que vous ne sachiez pas que mille prisonniers des effroyables geôles israéliennes ont entamé une grève de la faim, mais peut-être ne connaissez-vous pas les derniers développements. Les syndicats de chez nous  (sauf le MEDEF, bien sûr) s’associent à cette grève par des communiqués éloquents. Toutes les associations qui défendent depuis si longtemps déjà la survie des Palestiniens dans leur pays que rogne et ronge et martyrise un voisin hébreu plein de haine, d’hypocrisie et de violence, ont élevé visiblement leurs protestations indignées contre  la  nouvelle infamie d’Israël qui a déclenché cette flamboyante résignation à la mort des hommes et adolescents incarcérés, sans motif le plus souvent. Mais voilà les peuples du monde qui s’en mêlent : à Londres la grève de la faim par sympathie s’affiche ici et là, à Turin elle se pratique sur la place publique pour attirer l’attention, Une émotion indignée monte des pays où les droits de l’homme sont restés une religion…Le gouvernement Hollande restait totalement fermé à toute considération autre que l’amitié admirative pour notre cousin presque frère. Allons-nous incessamment voir changer l’attitude de la France, ce qui nous ôterait un peu de la honte qui nous entache depuis tout un quinquennat?

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 10:01

          On n’irait certes pas jusqu’à dire qu’on se sent en apnée, en ce dernier jour d’attente avant la grande décision des urnes, mais tout de même on ne peut s’empêcher d’y penser, même si aujourd’hui est par nature étiqueté zéro. Je suppose que les commentateurs continuent à vaticiner à vide, sans le recours à des images ou interviews : ils ont tellement pris l’habitude d’être sollicités pour des avis multiples, fluctuants et pratiquement inutiles, que même en ce jour de chômage des candidats (mais ne se montrent-ils pas au contraire un peu partout à la fois pour prouver qu’ils sont indispensables à la respiration du pays ?) les estimations évaluations mises en pourcentages des voix pour ou contre continuent à fournir l’essentiel des programmes. Moi je pense surtout à la condition mentale des champions avant leur entrée en lice (on a déjà vu avant-hier l’intérêt que pouvait présenter leur préparation au corps-à-corps final) et à leur réaction devant ces sondages insistants qui se brandissent partout.  Aucune assurance ne peut être garantie en ce bas monde, et s’avancer déjà en pays conquis peut relever d’une dangereuse outrecuidance. Quant à la déprime que devrait entraîner un sondage fort calamiteux,  n’est-elle pas remplacée par la croyance que, précisément à cause de sa médiocrité, le chiffre  ne va pas pouvoir ne pas susciter une réaction nationale ? Bulles et blablabla et tricotage de rien avec un fil inexistant, tout cela ! S’il faisait meilleur, je suggérerais volontiers d’aller aux pissenlits dans les prés, c’est la pleine saison : ce faisant, comme dit mon avocat, on s’emplit les poumons et on se vide le cerveau – de quoi aborder les émotions de demain dimanche avec sang-froid.

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
5 mai 2017 5 05 /05 /mai /2017 18:51

          Je suis mal renseignée sur le duel de l’autre soir, et c’est bien fait pour moi puisque j’avais décidé de ne pas y assister. J’en aurais volontiers du regret, car ce ne sont pas des éléments barbants de programmes opposés qui se sont confrontés, si j’en crois les commentateurs un brin ironiques, ce sont deux individus qui se sont invectivés sans relâche pendant plus de deux heures et demie. On pouvait s’attendre à des répliques cinglantes, mais il y a eu surtout de la part de la dame une tactique outrancière d’attaques  et de virulentes accusations qui, au lieu de démontrer sa force tranquille, ont joué contre elle. Même dans son camp, paraît-il, on l’a trouvée excessive, inconsidérée dans ses propos destinés au colmatage avant l’arrivée des fissures, voire décevante ou nulle. Elle n’a même pas songé qu’elle avait un programme à faire briller une dernière fois, ce beau programme pour les gogos qui s’assène sans relâche sur leurs rancoeurs ou leur détresse et qui, loin de leur apporter le bonheur malgré les trémolos d’émotion dont elle charge sa voix lorsqu’elle évoque son peuple,  les plongerait dans la misère absolue. Et ce mépris pour parler de ceux dont la phobie haineuse la gangrène depuis si longtemps en lui tenant lieu de philosophie…Ah puisse sa contre-performance ouvrir les yeux de son cortège de malvoyants,  puissent  ses outrances leur faire prendre conscience du vide de ses discours !

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
4 mai 2017 4 04 /05 /mai /2017 14:41

 

 

 

          Je n’ai pas voulu hier soir infliger à mes yeux et à mes oreilles un débat qui ne ù’apprendrait rien de nouveau. J’ai seulement, dans la demi-heure précédant le grand événement, voulu voir le spectacle prévu par les télévisions pour une fois associées dans le but de charmer le public par des riens et le chauffer pour la contemplation du duel : techniciens, manœuvres balais s’occupant des sièges, de la sono, des compteurs, vérifiant que la distance entre les gladiateurs était suffisante pour qu’ils ne se fassent que de légères ecchymoses quand les choses tourneraient au pire, sans oublier les bras droits de chacun venus virevolter sur place pour faire sérieux, histoire de vérifier         qu’on n’ait pas caché un explosif astucieusement préparé sous un fauteuil ou sous l’autre. J’ai donc assisté à l’installation, dépourvue de tout palpitant, j’ai même vu qu’on nous montrait, comme dans la publicité des entr’actes des cinés d’avant-guerre, un groom vivant pour ouvrir les deux volets qui nous révélaient le paysage politique de la soirée. J’ai arrêté là la mobilisation de mon attention. Je sais quoi voter, vous savez ! Je le sais même depuis plusieurs décennies, donc le débat d’hier n’aurait de toute façon eu aucun impact sur ma décision. J’aurais tout de même dû avoir la curiosité de vérifier s’ils se sont empoignés en conclusion, s’ils se sont livrés à de la castagne… Ah ça, j’aurais aimé voir. Et je l’ai peut-être manqué ! Il faut tout de même que je me renseigne…

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 11:30

          Oui, je sais, je ne vous ai rien dit hier. Une journée entière à tout préparer pour les Impôts : croyez-moi ou non, il m’a fallu la journée pour réaliser l’exploit de tous les printemps, et après cela, donc tard le soir, j’étais trop vidée pour pouvoir vous affronter, mes belins-belines, même en alexandrins de remplacement.. Tout juste déjà si ce matin je peux faire face à mes devoirs de maître à penser. Mais je pense tout de même ! Ainsi je me demande pourquoi on parle de voter blanc, alors que notre système ne compte pour rien l’opinion du citoyen qui ne trouve pas satisfaction dans la marchandise qu’on lui propose : par la suite, lorsque sans doute une loi aura institutionnalisé le vote blanc, on pourra exprimer sa dissatisfaction ou son opposition, sans être obligé de choisir le moins pire si l’on veut voir son suffrage exprimé. Choisir Macron à contre-cœur pour éviter la catastrophe bleu marine, certes ça se fait et ça va se faire et j’espère que ça se fera dans les grandes largeurs, et c’est vrai que ça vous laisse au cœur de la colère et de l’amertume. Mais c’est le prix à payer contre l’abstention hyper dangereuse, puisque, laissant égoïstement les autres se charger du nettoyage en comptant que les vents vont souffler au point de paralyser la marine nationale, elle laisse ouverte une alarmante possibilité pour le désastre de s’installer – et ce serait pour cinq ans. Un simple calcul fait ressortir le nombre des  votes du premier tour pour Mélenchon : si chacun reste chez soi ou va à la pêche, c’est un chiffre terrifiant qui va manquer pour le grand combat. Ce n’est pas la mer à boire que mettre son mouchoir par-dessus une grosse déception ni par-dessus un nécessaire choix à faire en traînant les pieds !: Allons, les abstentionnistes de gauche, un bon sursaut ! Il y aura d’amples moyens pour contrer par la suite un gouvernement de banquiers !

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
28 avril 2017 5 28 /04 /avril /2017 07:29

Pour samedi 29 avril :

 

 

            Qu’on le prenne dans un sens ou dans l’autre, mes belins-belines, une fin de semaine se compose du vendredi , du samedi et du dimanche, et s’il est normal de travailler encore le vendredi (souvent dans le stress et la bousculade, car il faut en même temps songer à ce qu’on doit emporter pour le week-end précisément, étant donné qu’on le passe de préférence ailleurs que chez soi, voire le plus loin possible), le samedi on anticipe déjà avec bonheur sur le farniente (fort théorique) du jour de repos du Seigneur. Heureuses gens qui vont habiter leur voiture en famille pendant des heures, puisqu’ils se seront dépaysés pour le bien-être de leur mental ! Et pauvres malheureux qui vont encore passer les heures ouvrables rivés au boulot… Qu’au moins on les dédommage largement si on les oblige à ce supplément de besognage d’usine – mais je comprends tout aussi bien que pour certains – gagner un peu plus, échapper à l’atmosphère conjugale : tout est à envisager – le dimanche puisse ne pas être chômé… Tout cela pour vous dire que je vais prendre un congé perso pour aller voir des amis et de la peinture (deux plaisirs conjugués), mais que (voyez comme je suis sentimentale et faible) je ne veux pas vous priver de mes gazouillis de fin de semaine. Je vous livre donc en avance mes bisous  totalement dénués d’importance pour vos progrès intellectuels sous ma férule : laissez-vous bercer par mes propos futiles. Prenez des forces : nous reprendrons le sérieux de nos rapports dès lundi – mais non ! Autre événement ! Le premier Mai ! Alors allez manifester si c’est à votre programme habituel, j’aurai à faire de mon côté. A mardi !

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
28 avril 2017 5 28 /04 /avril /2017 07:00

          Il est bien évident que, prenant une autre forme, le duel qui s’affirme pour le dernier vote (mais n’était-il pas déjà en marche malgré d’autres candidatures pour diversifier les enjeux ?) représente le nombril du monde : à preuve, chacun donne son avis officiellement, en étant conscient que le reste de l’univers a les yeux fixés  sur nos urnes et ce qui va en sortir. Il y a pourtant d’autres centres d’intérêt, sans aller chercher bien loin. Je pense à la foule des prisonniers palestiniens dans les infâmes prisons israéliennes qui ont déclenché une grève de la faim collective. Il ne s’agit plus d’un cas isolé, celui d’un individu qu’on peut taxer de folie, ou d’envie de se faire remarquer par un caprice qui durera ce qu’il pourra et dont personne ne parle. Il s’agit d’une mutinerie sans violence, comme la plupart des protestations palestiniennes contre la progression dévorante des territoires colonisés – je pense à ces manifestations paisibles mais déterminées qui toutes les semaines à jour et heure fixes mobilisent dans le calme les villageois de Bil’in pour réclamer la fin des expulsions par la violence. C’est dans le même état d’esprit que les prisonniers, affaiblis, torturés, soumis au chantage, le plus souvent incarcérés sans motif, sans procédure, attendant des mois parfois des années un jugement qui ne viendra jamais, ont décidé de recourir à leur arme ultime, la programmation de leur mort qui parle sinistrement à leur place. Mille voix muettes à entendre à la fois… Est-ce que cela ne fera pas assez de bruit pour que le monde écoute et puisse entendre, malgré son indifférence aux souffrances  d’autrui ?

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
27 avril 2017 4 27 /04 /avril /2017 09:27

          Ne dirait-on pas que Dupont-Aignan a sauvé sa cafetière ? Atteint-il vraiment les 5%, ce qui lui assurerait le remboursement de ses frais de campagne ? C’est déjà à mon avis un beau résultat – ne me dites pas qu’il attendait davantage ! Les petites candidatures restées piteusement au fond de l’urne font-elles se rengorger leurs initiateurs raccourcis à constater qu’il y a eu plus de mille électeurs pour penser à eux, ou au contraire en veulent-ils au monde entier et à son père d’être aveugles au bien-fondé de leurs théories ? Je trouve logique, même s’il s’agit d’une entreprise pathétique, que Lutte Ouvrière utilise cette modeste chaire pour démontrer, non seulement qu’elle est toujours là (même si les ouvriers préfèrent le Front national pour leur servir de syndicat) mais qu’elle a toujours les mêmes formules puisqu’on ne lui a jamais donné l’occasion de les faire triompher. Mais qu’espéraient donc les autres, motivés           seulement par des rancoeurs, ou des utopies ? Tout compte fait, c’est la vanité qui les a poussés à se mettre en lumière ; pendant quelques semaines on les a vus sur tous les écrans, on les a entendus, on nous les a montrés dans leur quotidien, entourés de leurs amis… Est-ce suffisant pour se mobiliser de la sorte pendant des semaines et des mois ?

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
26 avril 2017 3 26 /04 /avril /2017 08:52

          Juste avant la clôture à la télévision des échanges divers concernant les candidats, une jeune fille sans doute avide de  faire parler d’elle ou du moins d’être pendant quelques instants le centre de l’attraction universelle comme dirait Newton, a exprimé nettement sa vision politique. « J’ai écouté Mélenchon, disait-elle d’un air inspiré, et d’un seul coup j’ai vu tout ce que les dires de Marine Le Pen avaient de creux et de faux ; je ne l’avais pas vu encore, mais je ne voterai plus jamais FN, c’est bien décidé ».Je sais bien que les conversions s’effectuent comme un coup de fusil : je songe à Claudel derrière son pilier de Notre-Dame, c’était là aussi un éclair pour dessiller les yeux aux paupières closes… Tout de même, sur le simple plan de la psychologie, on peut se demander comment une conviction politique déjà consolidée sous forme de formules toujours semblables assenées l’une après l’autre avec force et sans démonstration, déjà fixée comme un bloc monolithique entretenu dans une atmosphère de rébellion sans cesse dénonçant les médias et la justice sous influence – laquelle rébellion protestant contre son martyre devient tonique pour chaque ego spécifique, désormais convaincu d’être dans son bon droit puisqu’il doit chercher à démolir – oui, comment cette conviction d’aveugle peut-elle en un coup de  baguette magique se transformer en lucidité tardive mais   agissante ? Psychologiquement, diraient des profileurs, ce serait exceptionnel – ce qui laisse à penser que le FN fera le plein dans quinze jours, car qui laisserait tomber une doctrine qui vous donne une ligne de conduite toute prête, puisqu’elle vous épargne la peine de réfléchir personnellement ?

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
25 avril 2017 2 25 /04 /avril /2017 09:57

MEA CULPÄ IMMEDIAT : ligne 2 : lire brèches, (et non brèchesn) – ligne 6 : lire humilité (et non hulilité) – ligne 7 : lire suivait (et non suivoait)  ligne 4 du bas : lire bonds (et non bojds)   J’espère qu’il me sera beaucoup pardonné…

Voir les commentaires

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens