Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 octobre 2016 4 06 /10 /octobre /2016 10:00

         Au moment où j’allais aborder pour vous un sujet à méditer (rassurez-vous : je le mets de côté pour lui faire prendre un bain de soleil au plus tôt) une révélation d’hygiène me coupe le souffle. Comme j’aime à vous faire partager mes émotions tout autant que mes indignations, je vais vous mettre au parfum sans attendre. Vous n’allez pas en revenir, sauf si par d’autres voies vous avez déjà été dûment informés. Mes belins-belines, si je vous dis « escargots », vous pensez immédiatement que le climat bourguignon inscrit au patrimoine de l’UNESCO m’a tourneboulé le citron. Je crois en effet que pour l’extérieur de la province, comme le disait une  diseuse marseillaise avé l’accent,  la Bourgogne c’est deux  choses : l’escargot dessus, et dessous c’est les visites de caves..  L’escargot sert même de motif décoratif en sculpture dès le Moyen Âge,  on en trouve plein d’exemples dans le Dijonnais. Eh bien cet escargot, ce gros pépère, savez-vous ce qu’il sait faire quand il se casse la coquille ? Il bave en abondance,  sa coquille se refait (pas en quatrième vitesse mais presque), d’abord fragile et un peu transparente, mais très vite solide et dans sa couleur d’origine. Et devinez ce qu’on a trouvé miraculeux de faire ? De la bave d’escargot, en réserve, en pilules, en ampoules, en crème, pour cicatriser, pour refaire les os, pour réguler tout ce qui ne va pas… Mais où va-t-on trouver assez d’individus pour nous baver la santé ?

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
5 octobre 2016 3 05 /10 /octobre /2016 09:51

Mea Culpa immédia :Blog N°23010, La Palestin est à l’agonie !, ligne 9, lire « maisons palestiniennes » et non « maison ». Sorry…:

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
5 octobre 2016 3 05 /10 /octobre /2016 09:47

Mea Culpa immédiat ::Blog N°23010, La Palestin est à l’agonie !, ligne 9, lire « maisons palestiniennes » et non « maison ». Sorry…:

Voir les commentaires

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
5 octobre 2016 3 05 /10 /octobre /2016 09:34

         On s’occupe de temps à autre, plus ou moins mollement, de défendre les populations de l’Amazonie dont les hécatombes d’arbres suppriment allègrement les ressources nourricières et vivrières, outre qu’elles opèrent la dérégulation tragique et irréversible de l’équilibre planétaire. Mais je ne m’aperçois pas qu’on parle du supplice prolongé depuis plus de soixante ans, de la Palestine qui est en train de mourir. Vous en entendez parler sur nos médias si distingués, vous ? Moi pas. Pourtant, à partir d’un territoire officiellement reconnu en 1946 – imaginez un peu la forme de la Corse -  à force d’en amputer, d’en annexer, d’en envahir, d’y installer indûment plus de 700.000 colons qui démolissent les maison palestiniennes pour les reconstruire pour eux, qui détruisent les plantations d’oliviers au moment de la récolte, qui détournent l’eau à leur profit dans des conditions éhontées et criminelles, la Palestine ne comprend plus comme territoire que quelques îlots fragmentés (plus, bien entendu, la bande de Gaza réduite à sa plus simple expression pour mieux être martyre, affamée, étouffée, privée de tout et de tout secours étranger jusqu’à l’aboutissement programmé de son agonie) oui, à force de tortures en tout genre, de haine, d’injustice, de violence, de forbanterie pratiquée à la face du monde par un  état voyou, la Palestine est à l’agonie. L’emprise d’Israël sur le reste du monde est telle que personne n’ose valablement affronter ce nazisme nouveau qui s’applique à copier l’ancien. Pourtant, si tout le monde s’y mettait ? ensemble ? si les médias, ensemble, donnaient le la ?

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
4 octobre 2016 2 04 /10 /octobre /2016 10:59

         J’ai accompagné hier un vieil et cher ami dans son dernier sommeil. Je n’étais pas retournée au crématorium depuis presque quinze ans, et j’ai été ahurie des changements que j’y ai trouvés. D’abord il y a plusieurs bâtiments qui n,’ont plus l’air d’une remise, mais qui de l’extérieur, malgré une certaine recherche d’élégance dans leur design, évoquent plutôt un centre commercial sélect qu’autre chose. A l’intérieur, luminosité tamisée, murmures de jets d’eau, bassins impeccables, toute une atmosphère de détente pour ceux qui restent sinon de réconfort. L’affichage est discret et efficace (indication des horaires de fonctionnement correspondant à tel ou tel nom par panneaux comme dans une gare, plantes vertes, passages feutrés mais tout de même effectifs du maître des cérémonies quand il s’agit, parmi les foules qui attendent en s’entretenant à voix basse, de sélectionner celle à qui l’entrée des lieux du dernier adieu est enfin permise). Tout se déroule sans accroc, chaque famille organisant la cérémonie à son gré de manière à mieux, plus tendrement, évoquer le disparu et entourer ceux qui restent. Et tout autour, un domaine à l’américaine : une esplanade, des bosquets, des  avenues qui se recoupent, des ronds-points pour éviter ( ?) de se perdre, des pelouses aussi impeccables que le macadam  du circuit routier, des étendues d’herbe soignée, des rideaux d’arbres… Et à proximité – juste une avenue à traverser – le golf ; signe éminent de classe et de fortune. De quoi évoquer – mais avec distinction – la moralité peinte sur les enseignes des bistrots d’autrefois donnant sur les cimetières : « Ici c’est mieux qu’en face ». Ce n’est pas dit en ces termes, c’est sous-entendu – mais  l’invitation, ou du moins la constatation,  est la même.

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
3 octobre 2016 1 03 /10 /octobre /2016 10:20

         Je n’ai rien à vous enseigner aujourd’hui, mes belins-belines, sauf que le chagrin de la perte d’un vieil et cher ami ne se partage pas. Chacun a son poids écrasant de peine sur le cœur, chacun est conscient qu’autour de soi et tout près de soi il y a d’autres proches qui souffrent, dont le chagrin écrase le cœur, étouffe les larmes, brouille la conscience. Chacun devine et sait en profondeur que la douleur est là, intense, au sein de cette effervescence d’émotions, que chacun la porte en soi, que l’ensemble de ces douleurs crée un réseau de chagrin englobant tout le monde. Mais chacun demeure avec son poids de peine, avec sa douleur tout entière. On peut s’illusionner  sur ce cercle de souffrance en résonance, on peut s’imaginer que le partage de la douleur permet un allègement

du fardeau qui vous délabre. Mais non, on le croit seulement. Privée de la présence qu’une vie entière de compagnonnage avait transformée en un double soudé, la tendresse mutilée subit un arrachement auquel aucune force de sympathie ne peut rien. C’est seulement après le plus intense de la douleur que l’apaisement pourra venir, lentement, sans jamais cicatrises la blessure : alors on pourra s’ouvrir à la chaleur de l’amitié, percevoir  cette vague de douceur qui a dés le début enveloppé l’être souffrant, accepter l’offrande d’une douleur semblable. Mais il faudra du temps, et l’arrachement se subit dans le désespoir sans qu’on puisse imaginer  que l’apaisement pourra venir quelque jour de l’amour des autres.

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 11:26

         Notre champion (au sens premier, celui qui dans un tournoi défend les couleurs de sa dame) est revenu d’Israël tout rêveur. Il croyait être à peu près tout seul là-bas, à serrer notre cousin presque frère avec douleur et affection dans ses bras (puisque le cousin presque frère avait décrété des funérailles nationales pour celui qui avait sciemment fait capoter les accords d’Oslo, c’est qu’il fallait révérer en Shimon Perez le grand capoteur des accords d’Oslo – notre champion aurait pu aussi s’aviser que s’il avait fait capoter les accords d’Oslo c’ était par trahison de ses engagements et adhésion définitive à un sionisme de pointe, mais voilà : il n’a pas pris conscience de cette évidence, il ne peut pas tout voir ni tout comprendre, notre champion). Tout rêveur donc il en est revenu, car il s’est trouvé un peu perdu dans cette foule mondiale où tout le monde s’embrassait en le dépassant d’une tête. Il avait bien emmené le copain Sarko avec lui (pas vraiment copain mais lui aussi ex-président désavoué par son bilan : tout juste ce qui l’attend lui-même en mai prochain, donc ça vous crée des liens), mais le copain Sarko avait lui aussi bien du mal à respirer hors de la foule en se dressant sur ses ergots, si bien qu’on ne peut pas vraiment dire que la France ait été représentée au mieux dans cette affaire Perez et c’est parfait ainsi, car elle n’avait rien à faire à célébrer l’ennemi des Palestiniens après qu’il eut fait semblant de vouloir la paix. Je ne suis sûre ni de mes lunettes ni de ma vue, mais je n’ai pas aperçu là-bas Hubert Védrine…Ou bien, comme disent les Suisses ?

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
30 septembre 2016 5 30 /09 /septembre /2016 10:27

         Parlons-en encore, oui, puisque le monde entier va en parler au moins encore aujourd’hui . Ils sont tous là-bas, la mine contrite, les larmes ouvertement ravalées, les embrassades se faisant d’une étonnante tendresse. Bill Clinton là depuis un jour déjà, par affection personnelle, en grande kippa noire (faut ce qu’y faut), la foule des autres (tout le gratin occidental, même des têtes couronnées ou assimilées, ça devrait tenter les djihadistes du coin). Je ne comprends d’ailleurs pas que les pays islamistes s’abstiennent de venir congratuler la dépouille : certes le défunt avait participé aux accords d’Oslo (ces accords anciens et obsolètes qui reconnaissaient à la Palestine le droit d’exister), mais puisque Rabin avait été assassiné en essayant de les mettre en pratique lui-même, autre prix Nobel de la Paix, n’avait qu’une chose à faire : reprendre le flambeau et continuer - s’il l’avait fait les choses ne se seraient certainement pas dégradées pour la Palestine comme elles l’ont fait malgré tous les efforts trop lointains du monde juste. Une chose à faire, oui : faire respecter les accords d’Oslo, et c’eût été un vrai titre de gloire, une vraie raison de l’admirer, une vraie justification de son Nobel. Il a eu peur de choisir cette voie, l’exemple tout frais de Rabin assassiné l’ayant refroidi ; il a préféré bricoler dans la politique locale, c’est en fait ses 93 ans de survie tranquille qu’on célèbre aujourd’hui. Pas moi : je respecte toutes les opinions, mais je ne tolère pas les lâchetés ou les compromissions de ceux qui trahissent leur idéal ou leur mission (suivez mon regard).

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
29 septembre 2016 4 29 /09 /septembre /2016 12:07

Mea Culpa immédiat : N° 2306, Un de moins, rien de plus..., ligne 4 à partir du bas, lire "Palestiniens". Sorry...

Voir les commentaires

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
29 septembre 2016 4 29 /09 /septembre /2016 09:41

         Bons ou mauvais, les grands hommes ou prétendus tels ont toujours des funérailles magnifiques. Voyez Shimon Perez, l’éternel perdant aux élections de son pays, l’éternel second : demain les directeurs des affaires du monde viendront de toute part à Tel-Aviv pour verser une larme sur sa dépouille. Qu’on le vénère en Israël, certes on le peut. C’est lui qui a engrené là-bas la technique du nucléaire (même que c’est la France qui lui a donné l’indispensable coup de main que personne ne lui offrait) et chaque fois qu’officiellement il a pu développer pour ses congénères des protections de victimes contre les viles attaques des « baddies » avec les maudites pierres jetées par leurs gamins, il n’a jamais manqué de le faire. Il n’a jamais défendu la paix que du bout des lèvres, fermant les yeux si l’occasion se présentait pour lui d’intervenir d’une façon qui eût pu avoir une efficacité  parlante. Il a sur la fin, quand il n’avait plus aucune chance de s’imposer en haut lieu, cultivé une popularité facile, celle des jeunes rencontrés au hasard des rues et avec lesquels il est si commode de faire ami-ami quand on est déchargé de toute responsabilité. Donc, le monde entier va venir se recueillir et évoquer combien on l’aimait. C’était un Nobel de la Paix – tiens donc ! et qu’en a-t-il fait ? A-t-il protesté contre la construction du mur de la honte ? contre l’extension éhontée des colonies israéliennes par expulsion des Palestinitnes implantés ? contrre l’éradication du passé palestinien ? contre le martyre de Gaza ? Rien de tout cela. Mais il faut dire aussi qu’un autre Nobel de la paix, de l’autre côté de la Mare aux Harengs, celui qui disait « Yes, we can : »n’en a rien fait non plus..

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens