Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 mars 2017 4 30 /03 /mars /2017 10:08

                        Je vous avais parlé il y a deux ou trois ans (non, je ne perds jamais la mémoire pour tout ce qui concerne mes chats) d’une rencontre difficile dont j’avais été le médiateur.(pourquoi pas la médiatrice, selon certain vocabulaire dévoyé ?). Il s’agissait de Maxence, le grand, le chef, l’empereur, toujours le premier sur le lieu des agapes, festives ou non, avec sa place réservée, sa gamelle réservée, son droit exclusif à aller directement plonger la tête dans le coffre aux croquettes, le droit de s’étaler sur le deuxième oreiller à côté de ma tête, bref le N°1 aux yeux de tous (pas forcément selon mon cœur : il y a parmi eux une sorte de consensus, de plébiscite qui établit des hiérarchies en fonction de paramètres secrets et pas nécessairement selon des critères d’évidence). Ce N°1 d’habitude paisible parce qu’il part de la foi en sa prééminence incontestée bavait d’hostilité en mordant Petit Gribouille,  jeune tigré au poil raide qui, nouveau venu, s’était d’emblée logé dans mes bras en ronronnant (signe évident d’amour partagé dès le premier regard, mais preuve aussi que c’était un chat abandonné qui avait connu des jours heureux et non un sauvageon hirsute). J’avais calmé le jeu en les séparant, et plus d’un grand quart d’heure j’étais restée entre eux, les caressant chacun d’une main en leur parlant comme on raconte une histoire d’avant sommeil. Puis après quelques jours de rencontres en cachette, lui et moi, j’avais vu Petit Gribouille disparaitre de mon horizon. Il est revenu, mes belins-belines ! Il ne m’a pas oubliée, mais il a pris de l’expérience : il s’amène en dehors des heures de cantine, et pour avoir ses vivres il s’installe sous le marchepied en métal ajouré qui lui permet de tout voir sans être vu. Je lui glisse sa gamelle sons le première marche, il prend son temps. Je n’ose envisager une rencontre hors repas, mais je crains bien qu’elle ne se produise un jour ou l’autre…Bien sûr je vous tiendrai au courant .

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
29 mars 2017 3 29 /03 /mars /2017 09:15

          Dès le démarrage d’une affaire devant les tribunaux, il y a des principes de base qui devraient fonctionner de manière automatique. Comme par exemple la présomption d’innocence : c’est à la justice, donc au peuple (puisqu’elle est censée représenter l’intérêt du peuple) qu’incombe de prouver la faute, donc l’inculpé ou quelle que soit son étiquette doit être considéré comme blanc comme neige tant que les preuves de sa culpabilité n’ont pas (if ever) été brandies. Tout cela, mes belins-belines, dépend tout de même de l’élaboration retorse que les juges donnent de leur approche de l’affaire. Par exemple, quand il s’agit des dimensions d’un garage pour deux voitures, 54 m², une première appréciation en justice décide, tout logiquement que c’est beaucoup trop  et que la voisine a raison de demander la démolition d’une construction établie en outre sur sa limite séparative. Mais les juges d’appel (comment ont-ils été travaillés au corps ? question à 15.000 €) trois ans plus tard vont astucieusement faire intervenir d’autres paramètres : les voitures d’à présent ont des dimensions plus considérables, surtout s’il s’agit de voitures haut de gamme, le volume du garage est donc parfaitement défendable. D’ailleurs (alors que vous arguiez à juste titre que le volume d’une annexe devait être aussi peu gênant que possible pour le voisinage des co-lotis) on vous assène en appel qu’une belle famille de cinq personnes a des vélos, des poubelles, du bois pour la cheminée, des plantes à rentrer l’hiver, bref qu’elle a le droit de construire selon ses besoins, alors que le principe de base était qu’on ne doit pas construire en fonction de ses envies mais bien en partant du droit des tiers et en s’en accommodant. Quand on part de la déviation de tous les principes de morale et d’équité, il est évident que le résultat ne peut guère satisfaire les tiers. Et certes les droits des tiers ça existe, mais s’ils ne sont pas mis en pratique à quoi bon les mentionner à tout bout de champ et en ayant l’air d’y croire ?

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
28 mars 2017 2 28 /03 /mars /2017 12:51

Mea Culpa immédiat : Dans « Vision du Droit », ligne 7 mettre ( entre commun et lkimitation

Ligne 12 : lire « à voir » et non « à vois ». Sorry….

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
28 mars 2017 2 28 /03 /mars /2017 12:41

          J’avais gagné mon procès il y a deux ans et demi – le garage haut comme ma maison construit par mon voisin sur ma limite de propriété devait être démoli. Je perds en appel – le voisin a agné sur toute la ligne. Certes sa construction est conforme à son permis de construire, mais celui-ci a été accordé en fonction du calcul du rapport de la bâtisse avec la superficie disponible et non en tenant compte du choix de ma frontière pour l’installation. Et tout ce qui rendait cette construction illégitime eu égard aux droits des tiers – autrement dit, tout mon argumentaire appuyé sur le respect du cahier des charges du lotissement commun ‘limitation au maximum des annexes construites postérieurement, interdiction de construire en hauteur, adoption du toit en terrasse pour attirer l’attention le moins possible) tout cela s’effondre à cause de … l’évolution des mentalités ! Mais oui ! Les voitures, surtout haut de gamme comme celles de mon voisin, sont beaucoup plus volumineuses qu’il y a cinquante ans, quand fut rédigé le cahier des charges pour le lotissement ; en outre, si la bâtisse me prive de dégagement et de vue, c’est dans l’ordre des choses : chacun de nos jours doit s’attendre à vois attaquer et réduire son droit à l’isolement, et la possession d’un droit est de plus en plus contestable. C’est tout juste si on ne me donnait pas une leçon d’esthétique pour m’en être tenue si fort à cette humble couverture en terrasse, alors que le toit vengeur à hauteur du mien s’harmùonise si bien, dit le jus, avec l’environnement…Ferai-je appel à mon tour ? J’ai l’impression qu’on m’oblige à jouer au poker en m’ayant refilé les cartes du jeu des familles…

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 09:52

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     La mode se répand, mes belins-belines, de mises en examen des têtes pensantes sur révélation de leurs infamies. Il y a bien sûr ceux qui nient toute entorse à la morale, même si d’une semaine à l’autre s’accroissent les chefs principaux d’accusation auxquels il va finir par leur être difficile de se défiler. Mais il y a aussi ceux qui, à ^peine effleurés par la rumeur de scandale et pour faire pièce à la sourde impassibilité des mis en question s’emparent du micro national pour signaler qu’ils séparent scrupuleusement l’homme, en l’espèce le père de famille, et le haut fonctionnaire emblématique - dichotomie actualisée par une démission retentissante (un ministre de l’intérieur à peine nommé, bigre !). On peut se demander où et comment l’honneur du paterfamilias pourra monter aux créneaux et se défendre  (Montjoie ! Saint-Denis ! Panache blanc !) dès lors qu’il y a bel et bien  eu la faute traditionnelle chez les députés, à savoir, l’embauche de la famille sous le manteau, épouse,filles et fils, parents, alliés : Comme dirait Robert Lamoureux dans son monologue inénarrable : pourquoi ne pas en profiter pendant qu’elle est bien fraîche ? A cette différence près, que chez Lamoureux on ne sait pas, fraîche ou non, ce dont il s’agit, tandis qu’avec les distorsions de la morale perpétrées par nos élus on sait bien que c’est la princesse qui paie, pas besoin de poser la question !

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 09:48

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     La mode se répand, mes belins-belines, de mises en examen des têtes pensantes sur révélation de leurs infamies. Il y a bien sûr ceux qui nient toute entorse à la morale, même si d’une semaine à l’autre s’accroissent les chefs principaux d’accusation auxquels il va finir par leur être difficile de se défiler. Mais il y a aussi ceux qui, à ^peine effleurés par la rumeur de scandale et pour faire pièce à la sourde impassibilité des mis en question s’emparent du micro national pour signaler qu’ils séparent scrupuleusement l’homme, en l’espèce le père de famille, et le haut fonctionnaire emblématique - dichotomie actualisée par une démission retentissante (un ministre de l’intérieur à peine nommé, bigre !). On peut se demander où et comment l’honneur du paterfamilias pourra monter aux créneaux et se défendre  (Montjoie ! Saint-Denis ! Panache blanc !) dès lors qu’il y a bel et bien  eu la faute traditionnelle chez les députés, à savoir, l’embauche de la famille sous le manteau, épouse,filles et fils, parents, alliés : Comme dirait Robert Lamoureux dans son monologue inénarrable : pourquoi ne pas en profiter pendant qu’elle est bien fraîche ? A cette différence près, que chez Lamoureux on ne sait pas, fraîche ou non, ce dont il s’agit, tandis qu’avec les distorsions de la morale perpétrées par nos élus on sait bien que c’est la princesse qui paie, pas besoin de poser la question !

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 09:44

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     La mode se répand, mes belins-belines, de mises en examen des têtes pensantes sur révélation de leurs infamies. Il y a bien sûr ceux qui nient toute entorse à la morale, même si d’une semaine à l’autre s’accroissent les chefs principaux d’accusation auxquels il va finir par leur être difficile de se défiler. Mais il y a aussi ceux qui, à ^peine effleurés par la rumeur de scandale et pour faire pièce à la sourde impassibilité des mis en question s’emparent du micro national pour signaler qu’ils séparent scrupuleusement l’homme, en l’espèce le père de famille, et le haut fonctionnaire emblématique - dichotomie actualisée par une démission retentissante (un ministre de l’intérieur à peine nommé, bigre !). On peut se demander où et comment l’honneur du paterfamilias pourra monter aux créneaux et se défendre  (Montjoie ! Saint-Denis ! Panache blanc !) dès lors qu’il y a bel et bien  eu la faute traditionnelle chez les députés, à savoir, l’embauche de la famille sous le manteau, épouse,filles et fils, parents, alliés : Comme dirait Robert Lamoureux dans son monologue inénarrable : pourquoi ne pas en profiter pendant qu’elle est bien fraîche ? A cette différence près, que chez Lamoureux on ne sait pas, fraîche ou non, ce dont il s’agit, tandis qu’avec les distorsions de la morale perpétrées par nos élus on sait bien que c’est la princesse qui paie, pas besoin de poser la question !

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
25 mars 2017 6 25 /03 /mars /2017 12:20

          Même si, autour de lui, « ça tombe comme à Gravelotte », pour employer une vieille formule de grognard qui constatait avec consternation les dégâts de la bataille, croyez-vous qu’il bronche ? qu’il donne signe d’avoir été touché, ému, atteint ? Que non pas ! Il demeure droit dans les bottes qu’il a fauchées à son ex-copain, son visage demeure impassible, marqué par une morgue indélébile : C’est moi l’incarnation de la droite, vous n’avez qu’à me suivre jusqu’au bout. Drapé dans ses costumes à 6.000 € comme le fourbe Catilina dans sa toge, il ne recule pas d’un pouce devant l’adversité. Et pourtant, elle l’assaille avec férocité, pour notre plus grande satisfaction de téléspectateurs. La justice multiplie les convocations de son épouse, varie les chefs de suspicion à l’égard de cet exemplaire chef de famille qui ment effrontément en regardant la France dans les yeux, qui engage sa parole puis la piétine. Son suppléant vient d’être rattrapé par le juge – et vous me direz que ce n’est pas lui , mais tout de même c’est son double, ils appartiennent tous les deux à la même ambiance politique de pourriture. Et quand il côtoie les aides-soignantes d’une maison de retraite, au lieu de se montrer proche, compréhensif, compatissant, il reste de bois, les bras croisés sur son costume, le visage hautain – si hautain même que les malheureuses en ont pris conscience. Et les meetings continuent : même style, mêmes arguments foireux, même diction, mêmes arrêts en fin de phrase pour attendre les applaudissements souvent durs à la détente. Quousque tandem ? Jusques à quand enfin y aura-t-il des corneilles pour béer devant lui ?

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
24 mars 2017 5 24 /03 /mars /2017 10:25

          Je ne sais plus si la voiture appelée Cactus est Citroën ou Renault, mais elle vous est proposée au terme d’un cheminement publicitaire tortueux, puisqu’on insiste d’abord sur le caractère surprenant du succès d’une star en herbe pour en arriver rayon voitures au même succès de l’insolite, de l’inattendu, de l’original. Parmi les schémas de raisonnement qui s’imposent dans le domaine de la pub télé, plusieurs scénarios se fondent sur l’incompréhension, le mutisme ; il s’agit d’une idée qui aurait pu, mieux creusée ou mieux orientée, être beaucoup plus convaincante, mais elle semble démarrer allègrement. Soit dans un ménage on ne peut communiquer  car un brossage de dents énergique et délibéré empêche toute conversation, laquelle, enfin déclenchée, révèle un message incompréhensible ; soit sur leur lieu de travail deux copains échangent de mystérieux signes où le visage, les regards, les hochements de tête  sont prépondérants : le résultat est de vous amener à la même réponse réclamée par la même question intriguée - mais qu’est-ce que cela peut bien vouloir dire ? – laquelle réponse faire rebondir (en théorie…) l’intérêt en prolongeant le suspens : vous n’allez pas en revenir…Médiocre pioche : il s’agit seulement d’un prix, d’une période de lancement, d’avantages incroyables et fugaces dont il serait bon de profiter en se décidant vite…Cela m’étonnerait que de longues séries se construisent sur cette base, car si les premières séquences sont amusantes par cette non transmission de message, le rattachement à un objectif frappant manque de force et même de clarté.

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
23 mars 2017 4 23 /03 /mars /2017 10:27

 

          On vous présente un bonhomme, dont vous aviez déjà entendu parler mais sans intérêt particulier ; il arrive pourtant sous les projos, vous êtes bien obligé de le regarder. Il se tient droit, il est hautain, distant, l’air fermé, ignorant l’humour à ce qu’il semble. Toujours impeccablement mis (pardi ! des costumes à 6.000 € ça vous arrange la silhouette). La messe tous les dimanches, l’air d’avoir avalé à la fois la Bible et le Nouveau Testament – bref, il pourrait bien passer pour un modèle emblématique de la présidence. On le teste : il emporte la victoire, un grand courant se forme derrière lui, une partie de la France est en transe. Pouf ! On apprend qu’il a commis une grosse malhonnêteté il y a longtemps – il proteste : tout le monde faisait comme lui à l’époque, lui reste blanc comme l’agneau, d’ailleurs s’il y avait le moindre doute il s’effacerait vertueusement. Eh ben voilà, mon gars, on y est ! Il y a du soupçon, et même du gros soupçon! Tant pis ! Le bonhomme fait comme s’il n,’avait rien entendu ni rien promis. Ses amis s’indignent, mais il reste assez d’ébaubis pour le pousser à rester. Et pour rester, il reste ! Il ment les yeux dans les yeux de la France, avec un air non seulement honnête mais meurtri par tant de gens qui lui veulent du mal… Pour un peu on le plaindrait – mais on apprend qu’il n’a pas déclaré aux impôts un prêt de 50.000 €, que sa Pénélope a touché des indemnités de licenciement et de vacances, je crois, pour n’avoir rien fait que toucher son gros chèque pendant des mois et des années.. Chaque semaine, ce qu’on découvre qu’il cachait astucieusement et en se proclamant au-dessus de la loi ajoute une nouveauté inédite dans le vocabulaire des criminalistes qui devrait envoyer les cols blancs en prison… Aïe ! Aïe ! Aïe ! Quand les costumes commencent à faire des faux plis, c’est la fin, voyez-vous, c’est la fin…

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens