Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 avril 2017 4 06 /04 /avril /2017 10:18

          L’accent a enfin été mis, à la télé toujours si maternelle, toujours si proche des douleurs du monde, toujours si rapide à mettre en lumière (et à en faire un sujet rebattu ensuite jusqu’à l’écoeurement général) une catastrophe ou une cause de souffrance inédite, sur les misères et tourments qui assaillent les marathoniens de la présidentielle. Oui, ils souffrent. Physiquement d’abord (ces meetings, ces déplacements incessants d’un bout de l’hexagone à l’autre, voire plus loin pour les plus culottés), il leur faut une carrure de vétérinaire à vaches pour tenir le coup sans faiblir, pour trouver les coups de gueule qui plaisent au peuple, pour avoir l’air suffisamment caustique et destructeur vis-à-vis des rivaux. Nerveusement ensuite : il faut tenir devant les insultes et commentaires nauséabonds, continuer droit dans ses bottes sous le blâme et la honte (pourquoi s’en faire, au fond ? ça passe tellement vite, le bon peuple gomme et oublie avec une vitesse stupéfiante) et résister aux effets des incessants sondages qui avec leurs hauts et leurs bas vous flanqueraient des crises cardiaques comme de rien. Familialement enfin : vous ne voyez plus les chers vôtres sinon en courant, vous ,ne pouvez même plus discuter tranquillement avec votre épouse des stratégies à adopter pour que les sommes puisées par elle dans la caisse publique puissent apparaître comme des dons aux bonnes œuvres. Oui, ils souffrent, je le répète. Ils se soutiennent à coups de piqûres, de traitements reconstituants, de cures d’entretien…Ne les plaignez pas : non seulement ils l’ont bien voulu, mais en outre ils sont tellement pris dans leur rêve de gloire qu’ils ne s’affaisseront qu’ au moment où l’on couronnera l’un des autres..

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
5 avril 2017 3 05 /04 /avril /2017 11:31

,         Je n’ai pas regardé hier un débat opposant onze lutteurs, les réserves athlétiques de mon grand âge ne me permettant plus guère d’acrobaties. D’autant qu’après les trois heures et demie prévues il y aurait le « debriefing » comme on dit avec obstination sur les médias télé pour un jugement croisé pris sur le vif : en général j’en suis friande, plus pour juger les juges d’ailleurs que pour m’inspirer de leurs jugements facilement contestables. Ce matin les bribes rassemblées pour les téléspectateurs ayant manqué à leur devoir n’ont rien de bien frappant. Non seulement elles ne permettent pas de recréer l’ambiance, les morceaux proposés sont trop morcelés pour avoir l’air entiers (n’est-ce pas bien dit ?), mais encore on nous apprend avec trop de satisfaction, semble-t-il, que les excuses de Fillon selon la formule « J’ai péché mais je ne le savais pas » ont permis à la page du péché de se tourner (d’ailleurs une femme interviewée dans la rue hier disait « On était choqué au début, mais on s’est habitué, on n’y pense plus de tout à présent »). Et quand Poutou a enfin pris le crachoir (selon ce qu’on nous en fait connaître ce matin), on brouille quelque peu ses  vociférations existentielles en y superposant les commentaires critiques qui ravalent ce déballage au rang de divertissant boniment de foire, ce qu’il n’est en rien dans son essence. J’ai aimé apprendre que Poutou avait refusé de figurer sur la photo de famille et que Dupont-Aignan avait démoli Macron pièce à pièce : pas besoin de prêter main forte, souligne le FN, il s’est chargé du travail à lui tout seul….Dire que pendant encore dix-neuf jours le rythme des justifications explications opérations de charme va se répéter, et même qu’il y aura un deuxième débat organisé pour les onze…

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
4 avril 2017 2 04 /04 /avril /2017 09:54

          Décemment, Mélenchon ne pouvait pas prendre l’air reconnaissant de ne pas être laissé tout seul au bord du chemin par quelqu’un auquel lui était en mesure de donner un coup de pouce. Il n’avait qu’à attendre deux ou trois jours,  les choses allaient d’elles-mêmes se normaliser. C’est fait, il a pris l’avantage, c’est ouvertement lui qui acceptera son rival dans ses rangs (car à ce niveau d’aventure politique il n’est plus question de regroupement pour affronter le front, chacun pour soi, pouce je passe !) - et c’est même loin d’être sûr qu’il condescende à recueillir sous son aile le malheureux qui continue à agiter son débris de drapeau en croyant que ça fait bien dans le paysage. On verra ce que ça donnera la veille du premier tour : depuis longtemps on crie en vain « A l’aide ! au secours ! » sans résultat, peut-être qu’en criant « Au feu !» in extremis  l’alarme et son angoisse se feront mieux percevoir. En tout cas, malgré les efforts de plus en plus désespérés  des fillionnistes de la première heure (rudement réduits d’ailleurs, l’un ou l’autre ténor du grand forum les tente selon ses variantes et variations, on qualifie de volatil un fatras théorique de votants dont on n’a jamais vu encore pareille fluidité) on réussit à  péniblement parfois mentionner les autres. D'ailleurs, quand on ne retransmet pas leur meeting en direct (un par jour au moins) on les interviewe pendant une heure, ou ils sont la vedette de l'analyse politique de la présidentielle du jour - bref quelqu'un qui voudrait entendre parler cibnéma ou théâtre en cette saison a intérêt à se résigner en attendant le temps des cerises.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    mentionner les autres ; d’ailleurs quand on ne retransmet pas leur meeting en direct (un par jour au moins) on les interviewe pendant une  heure, ou ils sont la vedette de l’analyse politique  de la présidentielle du jour – bref quelqu’un qui voudrait entendre parler cinéma ou théâtre en cette saison a intérêt à se résigner en attendant le temps des cerises.                                                                           

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
3 avril 2017 1 03 /04 /avril /2017 09:15

          C’est souvent le dimanche (mais pas nécessairement : il y a des visites à peu près tous les jours de la semaine) que les marchands de religion font leur tournée, dans mon quartier tout du moins. Les couples sont aussi évidents que s’ils étaient reliés par une ficelle avec une grosse pancarte sur le ventre. Aucune possibilité de romantisme entre eux, rien qui les apparie sauf leur air calme, confit, résigné d’avance. Ne croyez pas qu’ils soient, sinon préparés à l’agression, du moins pugnaces, armés d’une foi dont ils voudraient propager les vibrations jusqu’à vous Ils ont plutôt l’allure timide, on sent qu’avant de vous murmurer le motif de leur visite (car il faut leur faire hausser la voix, on dirait d’abord qu’ils se confessent) on les imaginerait demandant la charité s’il n’avait pas un bulletin imprimé qu’ils agitent devant eux comme un drapeau, comme si tout s’éclaircissait dès qu’ils le brandissent. Si vous voulez être vaches, vous leur demandez ce qu’ils vendent du haut de votre fenêtre, pour qu’ils comprennent d’emblée que le contact sera difficile à établir, vous faites semblant de ne pas comprendre leur réponse… Mais c’est rosse de les déstabiliser ainsi. Moi (de ma fenêtre tout de même, pas de proximité) je leur demande franchement s’ils vendent de la religion, avec un grand sourire cordial : ils comprennent que les préliminaires sont inutiles, que vous savez la nature de leur marchandise et le grand sourire, le ton jovial, sont là pour apaiser leurs regrets. Pour autant ils perçoivent que la discussion ne pourra s’engager, que vous serez trop coriace pour leurs faibles forces. Le mieux est de se séparer tout de suite bons amis, en échangeant des vœux de bonne journée et de bon travail. Parfois ils insistent, ils veulent démarrer leur plaidoirie : « Au commencement était le Verbe… ». Alors dites leur « In principio erat Verbum… » : rien de tel que le latin pour les propulser un peu plus loin en vitesse…

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
1 avril 2017 6 01 /04 /avril /2017 09:13

            Ils n’ont pas carrément dit qu’ils avaient une Aston-Martin à loger dans ce garage en contestation, mais finement (mensongèrement, frauduleusement) ils ont glissé dans leurs Conclusions d’avant jugement un catalogue des modèles les plus luxueux.. Mettez-vous à la place de ces pauvres juges ! « Comment ! Voilà de braves gens qui par avance avaient construit un garage trois fois trop grand, mais c’était prouver leur sagesse ! Ils devinaient qu’un jour leur voiture serait du haut de gamme luxueux, donc que le garage lui serait un parfait abri, ma foi tant pis si leur bâtisse a été érigée sur la limite de propriété de la voisine ! » (Et encore, mes belins-belines,  ils ne savent pas, les juges, que la voisine a dans son sous-sol un double garage dont elle ne se sert pas, ils en concevraient un vertueux courroux devant les inégalités et les injustices de la vie : c’est que des juges, vous savez, c’est sensible à la justice, c’est même le fonds de commerce qu’ils ont choisi)). Et de continuer : « Et on nous demanderait de démolir ce garage en laissant une Aston-Martin exposée aux intempéries ? Alors qu’au lieu de se couvrir à plat d’un humble toit en terrasse (pour ne pas se faire remarquer  dans les annexes)  il s’est orné d’un toit à deux pentes, haut comme la maison voisine, , et se fond admirablement dans l’environnement ! » Vous auriez tort de croire que des juges ça n’est pas sensible aussi à l’esthétique : à preuve…                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 09:49

          « Selon que vous serez puissants ou misérables »… disait notre bon La Fontaine, et il épinglait « les jugements de Cour » avec autant de lucidité que Racine au même moment avec ses « Plaideurs ». Déjà alors on savait qu’il y avait quelque chose de pourri, non seulement au royaume de Danemark mais au royaume où la Justice s’entête à proclamer qu’elle règne malgré son bandeau sur les yeux. Il n’y a donc pas seulement les intérêts personnels, les incompétences bornées, les interprétations à courte vue qui jouent avant qu’on ne vous serve un jugement bancal, mais l’instinct servile gauchit (gauchit ? quel verbe à employer ici !) la vision qui devrait rester imperméable à tout ce qui n’est pas le droit  Je vous demande un peu, mes belins-belines, ce que viennent faire les marques de voitures à abriter dans un garage qu’on construit sur la limite de propriété des voisins ! Mais tout simplement elles témoignent de la classe sociale des uns et des autres. Une Deuch ou une 4L n’auraient pas pesé lourd : le garage aurait vite été démoli, tant pis si ces pauvres bagnoles devaient rester à la pluie toue leur vie. Mais des voitures haut de gamme ! de l’opulent, du lourd , du friqué ! Pour impressionner les éléments trancheurs, rien de tel que de glisser à l’appui des conclusions sur lesquelles va se fonder le jugement un catalogue des plus récents modèles de super luxe : BMW, Rolls Royce, pourquoi pas Aston-Martin ? c’est pas courant, c’est bien coté, ça vous a de la classe… Du coup votre patrimoine se met à peser davantage. On ne va pas vérifier si le catalogue est une éclatante illustration de votre propriété,  on conclut avec respect que pour abriter une caisse de ce type il faut bien un garage volumineux, et à deux pentes qui se fondent harmonieusement dans le paysage...

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
30 mars 2017 4 30 /03 /mars /2017 10:08

                        Je vous avais parlé il y a deux ou trois ans (non, je ne perds jamais la mémoire pour tout ce qui concerne mes chats) d’une rencontre difficile dont j’avais été le médiateur.(pourquoi pas la médiatrice, selon certain vocabulaire dévoyé ?). Il s’agissait de Maxence, le grand, le chef, l’empereur, toujours le premier sur le lieu des agapes, festives ou non, avec sa place réservée, sa gamelle réservée, son droit exclusif à aller directement plonger la tête dans le coffre aux croquettes, le droit de s’étaler sur le deuxième oreiller à côté de ma tête, bref le N°1 aux yeux de tous (pas forcément selon mon cœur : il y a parmi eux une sorte de consensus, de plébiscite qui établit des hiérarchies en fonction de paramètres secrets et pas nécessairement selon des critères d’évidence). Ce N°1 d’habitude paisible parce qu’il part de la foi en sa prééminence incontestée bavait d’hostilité en mordant Petit Gribouille,  jeune tigré au poil raide qui, nouveau venu, s’était d’emblée logé dans mes bras en ronronnant (signe évident d’amour partagé dès le premier regard, mais preuve aussi que c’était un chat abandonné qui avait connu des jours heureux et non un sauvageon hirsute). J’avais calmé le jeu en les séparant, et plus d’un grand quart d’heure j’étais restée entre eux, les caressant chacun d’une main en leur parlant comme on raconte une histoire d’avant sommeil. Puis après quelques jours de rencontres en cachette, lui et moi, j’avais vu Petit Gribouille disparaitre de mon horizon. Il est revenu, mes belins-belines ! Il ne m’a pas oubliée, mais il a pris de l’expérience : il s’amène en dehors des heures de cantine, et pour avoir ses vivres il s’installe sous le marchepied en métal ajouré qui lui permet de tout voir sans être vu. Je lui glisse sa gamelle sons le première marche, il prend son temps. Je n’ose envisager une rencontre hors repas, mais je crains bien qu’elle ne se produise un jour ou l’autre…Bien sûr je vous tiendrai au courant .

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
29 mars 2017 3 29 /03 /mars /2017 09:15

          Dès le démarrage d’une affaire devant les tribunaux, il y a des principes de base qui devraient fonctionner de manière automatique. Comme par exemple la présomption d’innocence : c’est à la justice, donc au peuple (puisqu’elle est censée représenter l’intérêt du peuple) qu’incombe de prouver la faute, donc l’inculpé ou quelle que soit son étiquette doit être considéré comme blanc comme neige tant que les preuves de sa culpabilité n’ont pas (if ever) été brandies. Tout cela, mes belins-belines, dépend tout de même de l’élaboration retorse que les juges donnent de leur approche de l’affaire. Par exemple, quand il s’agit des dimensions d’un garage pour deux voitures, 54 m², une première appréciation en justice décide, tout logiquement que c’est beaucoup trop  et que la voisine a raison de demander la démolition d’une construction établie en outre sur sa limite séparative. Mais les juges d’appel (comment ont-ils été travaillés au corps ? question à 15.000 €) trois ans plus tard vont astucieusement faire intervenir d’autres paramètres : les voitures d’à présent ont des dimensions plus considérables, surtout s’il s’agit de voitures haut de gamme, le volume du garage est donc parfaitement défendable. D’ailleurs (alors que vous arguiez à juste titre que le volume d’une annexe devait être aussi peu gênant que possible pour le voisinage des co-lotis) on vous assène en appel qu’une belle famille de cinq personnes a des vélos, des poubelles, du bois pour la cheminée, des plantes à rentrer l’hiver, bref qu’elle a le droit de construire selon ses besoins, alors que le principe de base était qu’on ne doit pas construire en fonction de ses envies mais bien en partant du droit des tiers et en s’en accommodant. Quand on part de la déviation de tous les principes de morale et d’équité, il est évident que le résultat ne peut guère satisfaire les tiers. Et certes les droits des tiers ça existe, mais s’ils ne sont pas mis en pratique à quoi bon les mentionner à tout bout de champ et en ayant l’air d’y croire ?

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
28 mars 2017 2 28 /03 /mars /2017 12:51

Mea Culpa immédiat : Dans « Vision du Droit », ligne 7 mettre ( entre commun et lkimitation

Ligne 12 : lire « à voir » et non « à vois ». Sorry….

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
28 mars 2017 2 28 /03 /mars /2017 12:41

          J’avais gagné mon procès il y a deux ans et demi – le garage haut comme ma maison construit par mon voisin sur ma limite de propriété devait être démoli. Je perds en appel – le voisin a agné sur toute la ligne. Certes sa construction est conforme à son permis de construire, mais celui-ci a été accordé en fonction du calcul du rapport de la bâtisse avec la superficie disponible et non en tenant compte du choix de ma frontière pour l’installation. Et tout ce qui rendait cette construction illégitime eu égard aux droits des tiers – autrement dit, tout mon argumentaire appuyé sur le respect du cahier des charges du lotissement commun ‘limitation au maximum des annexes construites postérieurement, interdiction de construire en hauteur, adoption du toit en terrasse pour attirer l’attention le moins possible) tout cela s’effondre à cause de … l’évolution des mentalités ! Mais oui ! Les voitures, surtout haut de gamme comme celles de mon voisin, sont beaucoup plus volumineuses qu’il y a cinquante ans, quand fut rédigé le cahier des charges pour le lotissement ; en outre, si la bâtisse me prive de dégagement et de vue, c’est dans l’ordre des choses : chacun de nos jours doit s’attendre à vois attaquer et réduire son droit à l’isolement, et la possession d’un droit est de plus en plus contestable. C’est tout juste si on ne me donnait pas une leçon d’esthétique pour m’en être tenue si fort à cette humble couverture en terrasse, alors que le toit vengeur à hauteur du mien s’harmùonise si bien, dit le jus, avec l’environnement…Ferai-je appel à mon tour ? J’ai l’impression qu’on m’oblige à jouer au poker en m’ayant refilé les cartes du jeu des familles…

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens