Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 mars 2016 4 17 /03 /mars /2016 08:49

         Une jeune dame, l’air modeste (mais pour arriver sur un plateau de télé nationale, dites donc… la modestie a dû être malmenée, ou bien ? comme on dit en Suisse) présente son ouvrage destiné à en finir avec tous les problèmes d’orthographe. On se précipite, car ce serait là une œuvre à récompenser avec une palme d’or. Renseignements pris, il n’y a que 99 cas examinés et soignés, uniquement des substantifs si j’ai bien compris, selon une technique unique : le mot s’inscrit dans un petit dessin, il devient donc inséparable de ce croquis qui n’est autre qu’un moyen mnémotechnique simplifié. Ainsi sur la même page amande (avec son A très grossi et une ou deux amandes décortiquées) et amende (avec la silhouette d’un flic qui verbalise). 99 fois ce truc magique, ça ne mène pas loin, d’autant que pour distinguer filtre et philtre les dessins de récipients divers sont peu convaincants. Je ne vous signale que ce que j’ai attrapé au passage, tout ébaubie d’apprendre que l’ouvrage est utilisé dans les universités en cours de Français langue étrangère. Il me paraît qu’il doit y avoir fort à faire pour assurer un complément d’information à ce succinct bréviaire, d’autant que la dame a dit qu’elle « se rappelait des peines qu’elle avait eues » avec certains vocables. J’aurais préféré comme garantie du sérieux de son entreprise l’entendre dire qu’elle « se rappelait les peines » qu’elle avait eues, mais peut-être juge-t-elle que l’orthographe et la grammaire sont deux zones cloisonnées à séparation étanche, et qu’on peut faire joujou dans une salle sans imaginer que la deuxième puisse se prêter aux mêmes ébats…

 

 

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
16 mars 2016 3 16 /03 /mars /2016 07:55

         Dans ses tremblements et frilosités devant le redoutable CRIF, notre pleutre timonier, qui se sent accompagné dans son impopularité par la mairesse de la capitale  (laquelle donne de temps à autre du style à leur nautisme côte à côte  en organisant des barbecues sélects sur ses plages) multiplie les dîners, réceptions, rencontres pour aider sa disciple dans une commune campagne dont la délicieuse Alliot-Marie leur a donné le modèle. Il n’y a qu’à appeler antisémites tous ceux qui veulent qu’on étiquette « marchandise palestinienne » ce qui est raflé dans les territoires palestiniens par les colons israéliens et qui se vend comme produit d’Israël. Cela permet du même coup de criminaliser cette campagne de Boycott Désinvestissement qui prend tellement d’ampleur, c’est une telle simplification ! Et cela inclut – pas dommage, car on les entend trop ceux-là – les juifs traîtres à leur patrie ( ?) qui ne veulent pas reconnaître comme juste la détermination de notre cousin presque frère Benyamin à réduire la Palestine au silence. Qu’il n’oublie surtout pas de s’adresser à moi en cas de problème !...C’est la seule occasion où notre Ravi 1er perd un peu de son mou et prend une allure mâle. Mais pour ce faire il essaie d’imiter l’effervescence de l’énergumène qui peuple la pub des assurances : « Je les aurai, un jour ! Je les aurai ! » - et tout le monde rigole.

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
15 mars 2016 2 15 /03 /mars /2016 09:02

         Je ne sais pas si le candidat Hollande en 2017 réussirait son tour de force aussi bien (càd en trompant son monde aussi absolument) qu’en 2012, ou si on le retiendra alors de se représenter quand son score aux sondages avoisinera le I%. En tout cas son quinquennat laissera dans l’histoire le record d’un chef tout réjoui de ses performances, totalement aveugle aussi bien aux réclamations souffrances agonie du pays qu’à ses propres infirmités. Jamais un président n’est descendu aussi bas que lui dans les sondages. Jamais aucun d’eux (et l’on sait s’ils savent manier la langue de bois et présenter comme des conquêtes dues à leur sagacité d’évidents flops consternants) jamais aucun d’eux n’aura réussi, non pas à faire éclater puis pratiquement disparaître son parti (cela, Guy Mollet de sinistre mémoire l’avait déjà fait), mais bien, en outre, à préparer pour le retour de la droite au gouvernement le tapis rouge des mesures qu’il a accomplies et que la droite n’aurait jamais osé proposer. D’où ce mirifique record, cet inédit jusque-là : la manifestation contre la réforme du travail si maladroitement emmanchée mobilise les foules de gauche – surtout des jeunes – contre un gouvernement de gauche. On n’a jamais vu les foules se mobiliser contre leur propre parti, même si les décisions  d’en haut leur faisaient grincer les dents. Au chétif petit Hollande sera donc réservé ce pompon : être décrié violemment par les siens avant d’entraîner tout ce qui restera collé à ses basques

dans un anéantissement qui inclura même sa bannière…  

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
14 mars 2016 1 14 /03 /mars /2016 09:27

         J’avais dû reprendre une de mes métaphores favorites pour évoquer ce pauvre gouvernement de médiocres dont le timonier continue,  l’air ravi, de croire qu’il le dirige vers des lendemains qui chantent (en 2012 il voulait nous faire rêver la vie, mais depuis cette fière proclamation rien à signaler, sauf quelques maladroites   petites excursions en scooter qui se voulaient secrètes et ont tout de suite été repérées – autrement dit, rien, je dis bien rien, concernant le destin de la population auquel il avait promis de se consacrer corps et âme). En tout cas, quel bonheur de trouver, dans les commentaires sur ce sujet de triste actualité, la continuation de l’idée démarrée sur mon blog, puisqu’on me dit que « le Titanic de ces piètres matelots, sans un vrai commandant de bord, n’a prévu comme canots de sauvetage que la loi El Khomry et la défense inconditionnelle d’Israël » ! Je me réjouis qu’à mes sons de cloche répondent si souvent des échos de même tonalité et de même force, surtout quand les manifestations et les entêtements syndicaux qui se préparent se multiplient, que les pétitions se gonflent comme des tsunami et que les sondages sur les compétences du capitaine se situent au ras des pâquerettes. Pour poursuivre avec entrain sur la métaphore nautique si bien développée par mon ami correspondant, je dirais volontiers que ces deux canots de sauvetage ne vont pas pouvoir sauver grand monde, ni l’un avec ses chicaneries dommageables, ni l’autre avec ses « amalgames nauséabonds » concoctés pour faire plaisir au CRIF seul.  Ce sera long d’attendre jusqu’à l’été 2017…mais quelle catastrophe nouvelle se pointera alors à l’horizon ?..

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
12 mars 2016 6 12 /03 /mars /2016 15:58

         Les mouvements qui militent pour la paix à réaliser déjà par chacun dans son comportement individuel s’occupent de très près de l’éducation : en effet si on donne à l’enfant des habitudes de non-violence dans ses instincts et dans ses réactions, il semble logique qu’on éradique ainsi pour plus tard les velléités d’affrontement, qu’on empêche la germination puis la croissance des graines de brutalité et d’hostilité que recèle, hélas, notre nature dès la naissance. Ces mouvements ne limitent pas leur action aux contact directs dans les écoles même maternelles : ils réclament une loi pour interdire toute publicité pour des jeux et des jouets de violence diffusée sur les chaînes de télévision pour enfants. Je ne sais – tout en craignant le pire – ce qu’on peut amener un public de moins de huit ans à désirer posséder pour pouvoir faire la guerre ou exterminer le monde. Mais je dois dire que je reste médusée devant la pub pour les jeux vidéos qu’on propose aux adultes : guerres aux dimensions extraordinaires par les foules de soldats qui y participent, guerres historiques à reconstituer, guerres entre monstres (« Nourrissez bien votre petit dragon, qu’il puisse devenir super opérationnel »), guerres de l’antiquité  (contre ou avec Sparte, par exemple : refaites des trajets maritimes et terrestres, imaginez des itinéraires personnels), guerres imaginaires projetant des hordes de fantassins en armures les unes contre les autres (« faites des alliances intelligentes, défaites vos adversaires, terrassez vos ennemis, planifiez votre revanche »…vous conseille-t-on avec une autorité qui prend les traits de la sagesse) – bref on est loin du jeu des sept familles, mais loin aussi du Monopoly ou du Cluedo, qui permettraient pourtant de connaître de sains affrontements sans le besoin de trancher la gorge du voisin.

Cette dernière remarque s’adresse aux adultes qui tiennent absolument à jouer à quelque chose pour tuer le temps : mais la lecture d’un bon livre est aussi un bon moyen de passer sa soirée…

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
11 mars 2016 5 11 /03 /mars /2016 16:55

         Quand je pense au conflit de deux forces inégales en présence, l’une que je considère avec mépris et détestation, l’autre à laquelle je réserve toutes mes tendresses parce qu’elle est la plus menue, la moins bien protégée, la plus injustement menacée dans son existence voire sa survie, j’évoque toujours cet affrontement superbe du petit David contre l’énorme Goliath. Les armes du plus faible sont les plus primaires : des cailloux,  bien  sûr rendus efficaces par l’adroit tir du lance-pîerres,  et certes il faut l’habileté du lanceur en face des massues, glaives et boucliers rompus à l’art de l’attaque. Et le beau de tout cela c’est ce triomphe final du faible, cet effondrement de l’arrogance du mieux armé. Je guette d’une fois à l’autre les résultats de Bernie Sanders au fur et à mesure que se déroulent ces invraisemblables élections américaines : nos primaires à nous, malgré leur férocité, ne sont que petite bière en face de ces marathoniennes sélections à la fois assassines et qui ne veulent rien dire, mais qui étirées sur plus de six mois vont compter quand les votants mettront dans l’urne leur bulletin (ou - c’est aux USA - presseront  électroniquement sur une masse de boutons pour faire entendre leur voix). J’ai plaisir à voir ce petit Bernie  émerger vaillamment, parfois en tête dans tel ou tel coin ; il est porté par la masse des « havenots »  qui se fouillent de 3 $ chaque fois qu’ils le peuvent, et il arrive à tenir en échec les « haves » qui puisent dans les poches des millionnaires soutenant les Démocrates (oh ! il y en a, là-bas). Hillary a du mal à cacher sa colère ; je suis sûre qu’elle lui en veut plus qu’elle n’en veut à Donald Trump  - un comble, tout de même !

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
9 mars 2016 3 09 /03 /mars /2016 08:29

         Quelqu’un qui ne s’intéresse pas de près au domaine des pétitions, donc qui ne voit pas sur son petit écran, jour après jour, le nombre de points sur lesquels on peut être sollicité dans sa bonne foi ou dans ses indignations de bon aloi, ne peut connaître la joie d’apprendre qu’une pétition pourtant de toute évidence indissociable d’ un coup d’épée dans l’eau venait d’atteindre un chiffre record de signatures – 50.000, 200.000, plus d’un million – et, encore bien plus remarquable, son objectif, puisque ce qui était réclamé par tant de signataires avait fini par toucher les firmes attaquées et avait été accordé de plus ou moins bonne grâce. Ainsi l’utilisation d’œufs de poules élevées en plein air et non en batterie pour toutes les mayonnaises sauf Bénédicta, ainsi la promesse faite par Kroger, le plus grand fournisseur d’œufs sur le marché américain et même  mondial, d’abandonner totalement les batteries. Ainsi la fermeture d’un zoo où les pensionnaires étaient maltraités ou affamés. Ainsi la « débaptisation » d’une école du Mississippi qui abandonne le nom d’un chef du Ku Klux Klan pour adopter celui de Lincoln. Ainsi la suppression d’un arrêté qui condamne une espèce en danger de nos sous-bois, ou du martyre d’un poney de fête foraine chargé pendant quelque seize heures par jour de promener des mômes de tous âges et de tous poids… Tant qu’on ne se heurte pas à des lobbies inattaquables fondés sur le mépris total des bêtes et des gens, on a quelque chance, je vous l’assure, d’arriver à se faire entendre : je pourrais vous en donner de très nombreux exemples, réconfortants puisqu’ils consacrent la force de l’union des individus motivés. Malheureusement, lorsque les firmes font partie du gratin des super gros, dans l’agroalimentaire, le trafic des fourrures ou de l’ivoire, les abattoirs, la pêche, l’élevage ou les pesticides, il faudrait des pressions directes sur leurs têtes décideuses pour arriver à quelque chose (et sur leur vie de préférence – mais on ne peut tout de même pas, comme à Chicago, se chercher un tireur de bonne volonté afin  d’établir un contrat sur leur nom, ça craint), alors on continue à signer des ^pétitions, mais la conviction ne soulève plus les montagnes…

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
8 mars 2016 2 08 /03 /mars /2016 08:25

         Quelques rares têtes ont, en ces dernières décennies, célébré et défendu tout ce qui honore le génie de la France. Un Malraux avec les musées ou les arts, un Lang veillant sur les destinées du livre et des bibliothèques, ont laissé d’ineffaçables traces dans le domaine où ils oeuvraient. Ce malheureux quinquennat (et ne me dites pas qu’avant son terminus il pourrait bien nous réserver des surprises : je vous dirais alors tout bonnement que vous avez l’imagination bien naïve, mes belins-belines) n’aura rien laissé de positif, rien dans la musique, rien dans le théâtre, rien dans la peinture, rien dans la défense de la lecture et, parallèlement, de la littérature. Rien dans le domaine du cinéma, si ce n’est qu’avec son espiègle sourire de ravi en vacances le petit chancelier s’était choisi une secrète égérie sur les plateaux de tournage et qu’il la promenait en scooter au lieu d’aller présider une réunion de ministres (il n’avait d’ailleurs pas tellement tort, au fond : avec ou sans lui chacun se débrouille puisque chacun vaque à ses petites affaires ; même quand il est là et donne des ordres, c’est alors que ça coince ; qu’on rue dans les brancards, ou que Matignon annule vite fait ce qu’il vient de décider). On a l’impression qu’à eux tous ils jouent aux boules alors qu’on les avait conviés pour une partie d’échecs ; de l’extérieur, le spectateur s’étonne, mais il ne semble pas qu’en leur sein aucun des joueurs n’ait pris conscience qu’ils ne se sont pas mis d’accord sur les règles du jeu. Est-ce que ça tiendra encore quelques mois, avec un ballottement au gré des vagues qui risque de faire se briser la barcasse sur les récifs ? Les paris sont ouverts…

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
7 mars 2016 1 07 /03 /mars /2016 09:36

         D’habitude, quand un chef de gouvernement a recours au remaniement, c’est que ça coince grave : on suppose alors qu’il va de toutes ses forces rectifier la direction du frêle esquif sur lequel il nous entraîne, ou aveugler les fuites, ou appeler à la rescousse un maître nautonier. Or cette fois-ci notre timonier, après que les mécontents pleins d’initiative ont quitté le navire ou qu’on a viré les réticents, en même temps qu’il fait appel à des visages neufs qui dans les derniers temps   renâclaient violent mais qui, du coup, ont du jour au lendemain repris le sourire, il a cherché dans les fonds de tiroir des antiquités qu’il nous présente comme une découverte. Pour nous prouver d’ailleurs que ces vieux de la vieille n’ont rien perdu de leur allant, il leur met d’emblée entre les mains leur joujou favori : c’est ainsi que le premier coup de pioche pour l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes va probablement être donné puisque son plus ardent défenseur revient en fonction, il n’est revenu que pour ça, le reste ne l’intéresse pas. D‘ailleurs ne vous imaginez pas que les uns ou les autres, les bizuts comme les repêchés, soient venus pour aider au sauvetage du navire ; ils sont venus s’occuper de leurs petites affaires personnelles, ils espèrent tous que les fissures de la coque ne rempliront pas les cales avant la fin du quinquennat. On ne sait jamais : si on ne fait pas trop de vagues, ça pourra naviguer encore un bout de temps. Le timonier, lui, laisse déjà derrière lui les problèmes insolubles et les affrontements trop tardifs pour déboucher sur quelque chose : dans l’atmosphère de débâcle qui se généralise, sans rien écouter comme il a toujours fait mais de plus en plus obstinément, il dessine les plans de son prochain rafiot.

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
5 mars 2016 6 05 /03 /mars /2016 08:45

         Chaque fois que les humbles, les petits, les sans grade, font mine de relever le front et de s’organiser pour constituer une masse solide capable de tenir tête aux brimades, humiliations, mauvais coups, atteintes de toute sorte dans leur dignité, leur chair ou leur vie, vous pouvez être sûrs que leur libération ou même leur installation dans une sérénité réconfortante ne durera pas autant qu’elle le mériterait. La réaction de surprise une fois passée, les autres ont pour s’organiser et reprendre les commandes un instinct, une habitude, une complicité avec les détenteurs de la force qui leur assurera tôt ou tard la reprise en mains. Vous avez été étonnés, n’est-ce pas ? de l’ascension de Bernie, dans le contexte des élections américaines – cet opéra à grand spectacle qui mobilise tous les états comme, lorsqu’un pays organise la coupe du foot, se trouvent mobilisés à tour de rôle tous les stades d’envergure ? Surprise de voir les premiers résultats, Dame Hillary s’offusque, en vain : ces gueux qui se soutiennent dans leur campagne par des dons individuels de 3$, extraits des bourses plates et des ménages sans le sou,  représentent une force inattendue, la force du peuple quand il s’y met – et non point, à l’intérieur du parti démocrate, la gauche caviar qui organise ses vins d’honneur au Waldorf. Comment pourrait-on laisser continuer ce petit anar sans le renvoyer d’où il vient ? Pour ce faire, tous les moyens sont bons. Dame Hillary est démocrate, certes : mais ceux et ce qu’il y a dans sa manche vous estomaqueraient, si vous les connaissiez (la banque, les grands trusts, plusieurs milliardaires ici et là). S’il faut faire appel à eux pour écraser définitivement cet avorton qui est venu jouer dans la cour des grands, on fera appel à eux. On ne va tout de même pas risquer de voir un malveillant avoir droit de regard sur les affaires du royaume, non mais !.............  

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens