Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 09:48

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     La mode se répand, mes belins-belines, de mises en examen des têtes pensantes sur révélation de leurs infamies. Il y a bien sûr ceux qui nient toute entorse à la morale, même si d’une semaine à l’autre s’accroissent les chefs principaux d’accusation auxquels il va finir par leur être difficile de se défiler. Mais il y a aussi ceux qui, à ^peine effleurés par la rumeur de scandale et pour faire pièce à la sourde impassibilité des mis en question s’emparent du micro national pour signaler qu’ils séparent scrupuleusement l’homme, en l’espèce le père de famille, et le haut fonctionnaire emblématique - dichotomie actualisée par une démission retentissante (un ministre de l’intérieur à peine nommé, bigre !). On peut se demander où et comment l’honneur du paterfamilias pourra monter aux créneaux et se défendre  (Montjoie ! Saint-Denis ! Panache blanc !) dès lors qu’il y a bel et bien  eu la faute traditionnelle chez les députés, à savoir, l’embauche de la famille sous le manteau, épouse,filles et fils, parents, alliés : Comme dirait Robert Lamoureux dans son monologue inénarrable : pourquoi ne pas en profiter pendant qu’elle est bien fraîche ? A cette différence près, que chez Lamoureux on ne sait pas, fraîche ou non, ce dont il s’agit, tandis qu’avec les distorsions de la morale perpétrées par nos élus on sait bien que c’est la princesse qui paie, pas besoin de poser la question !

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 09:44

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     La mode se répand, mes belins-belines, de mises en examen des têtes pensantes sur révélation de leurs infamies. Il y a bien sûr ceux qui nient toute entorse à la morale, même si d’une semaine à l’autre s’accroissent les chefs principaux d’accusation auxquels il va finir par leur être difficile de se défiler. Mais il y a aussi ceux qui, à ^peine effleurés par la rumeur de scandale et pour faire pièce à la sourde impassibilité des mis en question s’emparent du micro national pour signaler qu’ils séparent scrupuleusement l’homme, en l’espèce le père de famille, et le haut fonctionnaire emblématique - dichotomie actualisée par une démission retentissante (un ministre de l’intérieur à peine nommé, bigre !). On peut se demander où et comment l’honneur du paterfamilias pourra monter aux créneaux et se défendre  (Montjoie ! Saint-Denis ! Panache blanc !) dès lors qu’il y a bel et bien  eu la faute traditionnelle chez les députés, à savoir, l’embauche de la famille sous le manteau, épouse,filles et fils, parents, alliés : Comme dirait Robert Lamoureux dans son monologue inénarrable : pourquoi ne pas en profiter pendant qu’elle est bien fraîche ? A cette différence près, que chez Lamoureux on ne sait pas, fraîche ou non, ce dont il s’agit, tandis qu’avec les distorsions de la morale perpétrées par nos élus on sait bien que c’est la princesse qui paie, pas besoin de poser la question !

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
25 mars 2017 6 25 /03 /mars /2017 12:20

          Même si, autour de lui, « ça tombe comme à Gravelotte », pour employer une vieille formule de grognard qui constatait avec consternation les dégâts de la bataille, croyez-vous qu’il bronche ? qu’il donne signe d’avoir été touché, ému, atteint ? Que non pas ! Il demeure droit dans les bottes qu’il a fauchées à son ex-copain, son visage demeure impassible, marqué par une morgue indélébile : C’est moi l’incarnation de la droite, vous n’avez qu’à me suivre jusqu’au bout. Drapé dans ses costumes à 6.000 € comme le fourbe Catilina dans sa toge, il ne recule pas d’un pouce devant l’adversité. Et pourtant, elle l’assaille avec férocité, pour notre plus grande satisfaction de téléspectateurs. La justice multiplie les convocations de son épouse, varie les chefs de suspicion à l’égard de cet exemplaire chef de famille qui ment effrontément en regardant la France dans les yeux, qui engage sa parole puis la piétine. Son suppléant vient d’être rattrapé par le juge – et vous me direz que ce n’est pas lui , mais tout de même c’est son double, ils appartiennent tous les deux à la même ambiance politique de pourriture. Et quand il côtoie les aides-soignantes d’une maison de retraite, au lieu de se montrer proche, compréhensif, compatissant, il reste de bois, les bras croisés sur son costume, le visage hautain – si hautain même que les malheureuses en ont pris conscience. Et les meetings continuent : même style, mêmes arguments foireux, même diction, mêmes arrêts en fin de phrase pour attendre les applaudissements souvent durs à la détente. Quousque tandem ? Jusques à quand enfin y aura-t-il des corneilles pour béer devant lui ?

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
24 mars 2017 5 24 /03 /mars /2017 10:25

          Je ne sais plus si la voiture appelée Cactus est Citroën ou Renault, mais elle vous est proposée au terme d’un cheminement publicitaire tortueux, puisqu’on insiste d’abord sur le caractère surprenant du succès d’une star en herbe pour en arriver rayon voitures au même succès de l’insolite, de l’inattendu, de l’original. Parmi les schémas de raisonnement qui s’imposent dans le domaine de la pub télé, plusieurs scénarios se fondent sur l’incompréhension, le mutisme ; il s’agit d’une idée qui aurait pu, mieux creusée ou mieux orientée, être beaucoup plus convaincante, mais elle semble démarrer allègrement. Soit dans un ménage on ne peut communiquer  car un brossage de dents énergique et délibéré empêche toute conversation, laquelle, enfin déclenchée, révèle un message incompréhensible ; soit sur leur lieu de travail deux copains échangent de mystérieux signes où le visage, les regards, les hochements de tête  sont prépondérants : le résultat est de vous amener à la même réponse réclamée par la même question intriguée - mais qu’est-ce que cela peut bien vouloir dire ? – laquelle réponse faire rebondir (en théorie…) l’intérêt en prolongeant le suspens : vous n’allez pas en revenir…Médiocre pioche : il s’agit seulement d’un prix, d’une période de lancement, d’avantages incroyables et fugaces dont il serait bon de profiter en se décidant vite…Cela m’étonnerait que de longues séries se construisent sur cette base, car si les premières séquences sont amusantes par cette non transmission de message, le rattachement à un objectif frappant manque de force et même de clarté.

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
23 mars 2017 4 23 /03 /mars /2017 10:27

 

          On vous présente un bonhomme, dont vous aviez déjà entendu parler mais sans intérêt particulier ; il arrive pourtant sous les projos, vous êtes bien obligé de le regarder. Il se tient droit, il est hautain, distant, l’air fermé, ignorant l’humour à ce qu’il semble. Toujours impeccablement mis (pardi ! des costumes à 6.000 € ça vous arrange la silhouette). La messe tous les dimanches, l’air d’avoir avalé à la fois la Bible et le Nouveau Testament – bref, il pourrait bien passer pour un modèle emblématique de la présidence. On le teste : il emporte la victoire, un grand courant se forme derrière lui, une partie de la France est en transe. Pouf ! On apprend qu’il a commis une grosse malhonnêteté il y a longtemps – il proteste : tout le monde faisait comme lui à l’époque, lui reste blanc comme l’agneau, d’ailleurs s’il y avait le moindre doute il s’effacerait vertueusement. Eh ben voilà, mon gars, on y est ! Il y a du soupçon, et même du gros soupçon! Tant pis ! Le bonhomme fait comme s’il n,’avait rien entendu ni rien promis. Ses amis s’indignent, mais il reste assez d’ébaubis pour le pousser à rester. Et pour rester, il reste ! Il ment les yeux dans les yeux de la France, avec un air non seulement honnête mais meurtri par tant de gens qui lui veulent du mal… Pour un peu on le plaindrait – mais on apprend qu’il n’a pas déclaré aux impôts un prêt de 50.000 €, que sa Pénélope a touché des indemnités de licenciement et de vacances, je crois, pour n’avoir rien fait que toucher son gros chèque pendant des mois et des années.. Chaque semaine, ce qu’on découvre qu’il cachait astucieusement et en se proclamant au-dessus de la loi ajoute une nouveauté inédite dans le vocabulaire des criminalistes qui devrait envoyer les cols blancs en prison… Aïe ! Aïe ! Aïe ! Quand les costumes commencent à faire des faux plis, c’est la fin, voyez-vous, c’est la fin…

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
22 mars 2017 3 22 /03 /mars /2017 10:22

 

          Quelles belles études passionnantes n’y aurait-il pas à faire sur la pub à la télé, histoire, fondamentaux, variantes selon les chaînes avec adaptation au profil théorique du public, schémas de scénarios suivant des modes ! Je suppose d’ailleurs qu’en toute honnêteté pareilles études ont été entreprises, achevées, voire publiées et sans cesse remises à jour. Pour ma part, lorsqu’une plage de pub m’est imposée entre deux programmes – ou, plus rarement parce que je l’évite, en saucissonnage du déroulement d’un film -  j’en tire toujours un certain intérêt qui améliore et nourrit ma vision des mœurs de notre temps. Je garde le souvenir de grandes belles séries, conçues avec intelligence, réalisées avec esprit, basées sur des scénarios astucieux – j’en ai déjà parlé, j’y reviendrai sans doute. Pour l’instant, c’est le travail mental de l’audience qui semble directement attaqué, comme si l’effet de surprise de la chute devait avoir un impact évident sur une décision accrue et renforcée du consommateur. En effet, toutes ces voitures de diverses marques et, à l’intérieur d’une même marque, de divers modèles et divers prix, constituent un marché trop  fourni, trop insistant, trop étourdissanr, même, pour que le téléspectateur puisse faire son choix : il se sent plutôt écrasé par cette abondance au milieu de laquelle il est normal de se perdre. D’où cette découverte récente dans les structures publicitaires : le scénario commence par l’audition d’une chanteuse en herbe, on s’apprête à l’entendre chanter Petit Papa Noël mais elle hurle à la manière des rockers inspirés – c’est cet insolite qui assure son triomphe, donc pourquoi ne pas y assimiler le triomphe de la dernière Citroën, celle que personne n’attendait et qui ne plaît pas à tout le monde ? Avec cet accent mis sur l’originalité, pense-t-on décider plus vite le client qui cherche une nouvelle voiture ?

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
21 mars 2017 2 21 /03 /mars /2017 10:37

 

 

            L’un des avantages des crises entre membres d’une même association ou d’un même groupe, c’est la connaissance approfondie des ressorts de l’âme humaine que cela vous apporte. Dans le climat de banale cordialité qui prévalait au départ, vous ne perceviez guère – d’ailleurs pourquoi l’auriez-vous regardé de près ? – les desseins qui s’élaboraient, les ambitions qui couvaient,.les  hostilités qui se dessinaient. Même quand les conflits sont devenus impossibles à ignorer, même quand le ton de relations s’est fait grinçant, même quand vous constatez que les voies souterraines donc invisibles ont abouti soudain à votre mise en danger, voire votre exclusion, vous traversez une phase d’incrédulité dont profitent les autres. Vous découvrez du fiel là où il n’y avait que bonne humeur, mensonge là où vous sentiez sympathie et partage des vues, jalousie là où vous sentiez .une bonne grosse camaraderie. Du coup, à observer rétrospectivement la démarche de cette métamorphose de cloporte, vous vous rappelez telle remarque que vous n’aviez pas comprise, tel commentaire qui vous avait laissé sans réplique, telle façon d’agir inattendue et déjà choquante. Avec, par-dessus, une once de forfanterie et de vanité que vous aviez prises pour de la plaisanterie. Eh !bien vous aviez tort, George Dandin. C’étaient les travaux d’approche, c’était le grand dessein sournois qui montrait le bout de l’oreille. Le voilà éclos au grand jour, ce grand dessein de traîtrise qui vous piétine, il est même d’emblée réalisé. Devenir le porte-parole, le symbole, le pensoir des cloportes, n’est-ce pas une ambition louable qu’il convient d’applaudir ? Bravo, Jacques ! Félicitations !

 

 

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 10:32

 

          Dans ce contexte d’élections où se démontre surtout un combat de chefs, avec coups bas et coups de gueule plus ou moins malsonnants, le combat de la légalité et de son contraire se situe parfois à sa petite échelle mais selon des structures du même ordre. J’en veux pour exemple une petite association sans éclat, qui dure et perdure cahin-caha depuis bientôt soixante-quinze ans, et où,  à cause de l’ambition retorse des uns et de l’inertie bornée des membres, la situation administrative est devenue rocambolesque. A la suite de démissions, les occupants des postes laissés vacants se sont mis à faire fi des règlements pourtant scrupuleusement suivis depuis l’origine, remplaçant les formalités par leurs arrangements à main levée et à la bonne franquette. Aucun souci du destin de l’association ne les anime ; ce qu’ils appellent élections est une farce orchestrée pour les copains (dont les noms figurent sur de grandes feuilles de vote, à l’exclusion préalable des candidats de la légalité qui n’ont même pas eu droit à la parole, ni pour présenter leur programme ni pour protester contre pareilles mesures totalitaires) : pas d’isoloir ni d’urne, les votants réduits au rang d’analphabètes font des croix en public sur ces bulletins collectés comme des copies d’élèves après une interrogation écrite. Les tenants de l’en-tête se gaussent des règles avec l’arrogance des caïds des républiques bananières. En comparaison, le fonctionnement de notre campagne présidentielle est un modèle de décence et d’humanisme.

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
19 mars 2017 7 19 /03 /mars /2017 14:02

          Dimanche 19 mars, 2017, à valoir pour le 17

 

          Surprise,  surprise ! Une petite cerise sur le gâteau que mes lecteurs du week-end ont mis à leur menu. Je vous ai manqué de parole et de présence, ce vendredi, sans le temps de vous informer (dites, c’est que mon train partait aux aurores, à celles des trains et celles des autres, donc que j’avais dû m’activer autrement que sur mon clavier). Mais je ne perdais pas du coin de l’œil que j’avais une dette envers vous (I O U, dit-on outre-Atlantique et même déjà outre-Manche). Je vais donc vous donner un aperçu de ce que représente la France pour certains instituts culturels dispersés à l’étranger, et destinés à faire de la lumière sur notre culture. Imaginez une grande carte de France avec ses points essentiels : la tour Eiffel au centre, une bouteille de champagne à l’est, un camembert à l’ouest, une bouteille de bordeaux du côté de l’Aquitaine, et du côté Provence un savon de Marseille et des parfums. L’éventail complet, en somme, des jouissances que notre pays peut offrir aux étrangers. Qu’on ne s’étonne donc pas si les touristes étrangers se raréfient ! Lequel de ces avantages pour l’enrichissement culturel, ou même si l’on veut tout mettre dans la balance comment le bouquet total de ces délices pourrait-il tenir le coup en face des menaces terroristes qui pour les étrangers se sont installées dans notre quotidien ? Chacun a parfaitement le droit de songer à préserver sa petite personne avant de manger nos fromages ou de boire nos vins, surtout si on n’a pas mentionné ceux de notre Bourgogne, les premiers à citer ?

          Dimanche 19 mars, 2017, à valoir pour le 17

 

          Surprise,  surprise ! Une petite cerise sur le gâteau que mes lecteurs du week-end ont mis à leur menu. Je vous ai manqué de parole et de présence, ce vendredi, sans le temps de vous informer (dites, c’est que mon train partait aux aurores, à celles des trains et celles des autres, donc que j’avais dû m’activer autrement que sur mon clavier). Mais je ne perdais pas du coin de l’œil que j’avais une dette envers vous (I O U, dit-on outre-Atlantique et même déjà outre-Manche). Je vais donc vous donner un aperçu de ce que représente la France pour certains instituts culturels dispersés à l’étranger, et destinés à faire de la lumière sur notre culture. Imaginez une grande carte de France avec ses points essentiels : la tour Eiffel au centre, une bouteille de champagne à l’est, un camembert à l’ouest, une bouteille de bordeaux du côté de l’Aquitaine, et du côté Provence un savon de Marseille et des parfums. L’éventail complet, en somme, des jouissances que notre pays peut offrir aux étrangers. Qu’on ne s’étonne donc pas si les touristes étrangers se raréfient ! Lequel de ces avantages pour l’enrichissement culturel, ou même si l’on veut tout mettre dans la balance comment le bouquet total de ces délices pourrait-il tenir le coup en face des menaces terroristes qui pour les étrangers se sont installées dans notre quotidien ? Chacun a parfaitement le droit de songer à préserver sa petite personne avant de manger nos fromages ou de boire nos vins, surtout si on n’a pas mentionné ceux de notre Bourgogne, les premiers à citer ?

 

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article
18 mars 2017 6 18 /03 /mars /2017 15:24

 

 

 

          Mes belins-belines, il ne faudrait pas croire qu’Israël a les deux pieds dans le même sabot, et qu’il laisse faire et dire ce qui ne lui convient pas sans répliquer avec une efficacité toute militaire (l’armée la plus moderne et la mieux entraînée du monde, j’espère que vous savez que c’est Tsahal, le petit nom qu’ils ont donné là-bas à leur armement le plus sophistiqué et à leurs impitoyables et robotisés soldats ?). Que non pas ! Là-bas, ils en sont toujours à l’Ancien Testament, celui du talion, œil pour œil dent pour dent. Je viens juste d’en voir un exemple tout frais, je m’empresse de le partager avec vous. Un rapport de l’ONU (ce n’est pas le premier, mais il semble qu’il soit rédigé en termes énergiques) établit que le régime d’Apartheid si avidement copié par Israël sur les pires exactions du modèle sud-africain défunt prospère et fleurit  en toute impunité, en ricanant à la face du monde. A force, vous savez, ce type de dénonciation va finir par être entendu par les oreilles les plus sourdes, et même il faut reconnaître qu’en ce moment les anciens amis d’Israël se mettent à se poser des questions. Israël s’énerve, trépigne, décide de répliquer. La réplique, naturellement, s’applique à la population martyre si favorablement à portée de main : donc, grandes manœuvres de pesticides des colons israéliens  tout le long de la frontière, arrosages massifs des plantations palestiniennes (c’est si facile de déborder sur des cultures quand on veut seulement désherber ses bordures) car c’est le bon moment, la récolte des olives était toute proche, et puis le maïs, les lentilles, le maraîchage du quotidien venaient si bien !. Et non seulement les pulvérisations détruisent tout ce qui était destiné à la consommation, mais du même coup les terres voisines, arrosées avec désinvolture vont rester empoisonnées pendant de longs mois, donc impropres à la plantation ou aux semailles… Ah quand je vous disais qu’Israël n’a pas les deux pieds dans le même sabot…

 

 

Voir les commentaires

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens