Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

 

            Je retiens au passage une phrase sublime de l’un de nos fabricants de destins, puisqu’il s’agit de Barroso, si je ne m’abuse l’un des capitaines suprêmes de notre navire européen avec ses soutes pleines d’eau et ses fissures dans la coque. Il espère, a-t-il proclamé ce matin, il espère (sans dire qu’il a bon espoir de se voir exaucé : je lui ai même trouvé l’air tristounet de quelqu’un qui sait qu’on va lui remettre sa feuille de paye pour la dernière fois) il espère, donc, qu’il va enfin entendre au sommet de Bruxelles des gens qui vont dire ce qu’ils vont pouvoir faire et non, comme depuis trop longtemps, ce qu’ils ne peuvent pas faire. Naturellement, c’est une belle phrase : qui donc ne serait ravi d’entendre enfin un son de cloche quelque peu inédit ? Seulement, voilà ! Les émissaires dont on attend la parole divine ont depuis longtemps fait appel à tous leurs trucs, ils ont raclé les fonds de tiroirs, ils ont vidé leurs poches, ils ont gratté jusqu’à la dernière miette le peu de méninges intactes qui leur reste dans la boîte crânienne, n’attendons donc pas de miracle… Et en vous disant cela, mes belins-belines, je revois cet « Homme à la Cervelle d’Or » de Daudet, ce malheureux courtisé et ravagé par ceux qui convoitent sa richesse cérébrale et non pas aimé pour lui-même et qui, à l’article de la mort, tend encore à la maîtresse qui se détourne de lui désormais ruiné les débris de cervelle, donc de poudre d’or, qui lui collent aux ongles ? Mais attention ! Dès qu’on dit Daudet,  il vaut mieux se méfier : ne serait-ce pas Paul Arène qui aurait écrit les « Lettres de mon moulin » ? Allons, à lundi, bon dimanche !

 

 

Partager cette page

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens