Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 11:39

         Pousser le bouchon un peu loin : on disait ça il y a peu de Bayrou fort de ses tardives fonctions et qui, se jugeant intouchable, tenait tête au premier ministre. Voilà que je l'ai entendu dire hier, cette fois-ci à propos de M. Macron soi-même, par un groupe de journalistes ahuris de constater comment il avait

verrouillé toutes les portes de l'Assemblée en y installant des séides : même les rescapés républicains séduits par un programme anti-ouvriers annoncé comme tel , donc se découvrant des presque compatibilités finalement dépourvues de leur hostilité partisane, se hérissent devant cette main mise sur tout ce qui a en théorie un rudiment de pouvoir afin de faire godillotter la Chambre des deux pieds. D'avance les bienveillants tempèrent l'audace du chef (laquelle coupe manifestement l'autorité du premier ministre) en faisant de ce duo décalé un numéro de music-hall peaufiné et répété :  moi j'annonce brillamment les grandes lignes, toi tu précises sans brio  les détails (à moi la gloire, à toi les grognements), de manière que la responsabilité des mauvaises nouvelles te soit imputée, à toi qui les auras formulées. Mais même cette explication précautionneuse ne change rien aux faits : à coups d'ordonnances que les godillots vont accréditer comme un seul homme, nous allons nous retrouver ficelés par un train de mesures contraignantes, restrictives, fondamentalement marquées par une culture de l'inégalité et de l'injustice comme on n'en a encore jamais pratiquée avec autant de cynisme.

Partager cet article

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens