Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juin 2017 6 24 /06 /juin /2017 09:05

         Au Soudan, au Sahel, en Somalie, dans tous ces endroits que maudissent la chaleur, le soleil et la sécheresse, les gens tombent comme des mouches, parfois par familles entières, trois ou quatre frères et soeurs en même temps, épuisés par la faim, la soif, la fatigue, l'angoisse, le désespoir. C'est une des grandes plaies dévorantes de notre temps, et nous savons tous que la disposition naturelle de ces zones tragiques n'a fait qu'être renforcée par le réchauffement de la planète qui est en train de la pousser inexorablement vers l'anéantissement, les guerres locales et la main mise des firmes multinationales sur les terres ou les ressources minières se chargeant du reste. Mais il y a tant de causes enchevêtrées - pratiquement inextricables - pour ce déchirant état de fait qu'on a du mal à distinguer  où commencerait la première responsabilité.  En Palestine, où les cultures entreprises avec l'énergie du désespoir sont condamnées à mort par l'absence d'eau, où  le rationnement de cette eau précieuse qui  appartient  anx occupants du sol et dont on les prive avec un raffinement sauvage accorde à chaque individu un quart d'heure de distribution par jour - juste de quoi boire un  peu, rien pour se laver, rien pour la lessive - la souffrance physique et morale due à cette torture inventée par le génie du vice est sans doute moins spectaculaire que les grandes hécatombes   des populations africaines; mais comment ne pas voir que cette situation totalement anormale a un  responsable qui ne se cache même pas, prêt à toujours faire pire et s'exhibant aux yeux du monde comme un modèle de sa  voir-faire et de sagesse?

Partager cet article

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens