Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 avril 2017 5 21 /04 /avril /2017 10:45

          J’ai promis de tout vous raconter de ma journée d’hier … D’accord ! Mais je m’en tiendrai aux éléments factuels : à 8h30 début d’une grande journée au Colloque des Itinéraires singuliers, cette année axée sur le thème des « profondeurs » - journée qui impliquait petit café de l’accueil, contacts si sympa dès le premier coup d’œil qu’on se croyait en famille, entouré de ses proches, communications du matin, déjeuner au restaurant des Chartreux (et pour moi qui ai horreur de marcher un point noir : entre l’amphithéâtre du travail neuronal et le lieu du travail masticatoire, quelle distance à parcourir dans ce complexe dont je découvrais l’étendue, car ma connaissance se limitait aux parties visitables du Puits de Moïse !), Avec ma communication pour terminer, et j’ai été très heureuse de voir que c’était comme le couronnement de la journée puisqu’elle concluait – en  les décrivant peut-être plus spécifiquement, au terme d’une analyse, d’une expérience  plus poussées  - sur la naissance hors des profondeurs de la phrase de l’écrivain (lorsqu’elle est, bien sûr, inspirée, sortie du fond et non pas primairement créée par la juxtaposition des mots). C’était osé d’avoir décrit l’itinéraire d’une phrase et non celui d’un individu, et pas du tout facile à suivre, et j’avais un peu peur. Mais mon propos a conquis tout le monde, j’ai eu une abondance de compliments dont j’ai bien vu qu’ils naissaient d’une adhésion enthousiaste et non du traditionnel devoir de félicitations. Certaines formules, certains commentaires sont restés gravés en moi, je ne peux pas vous les traduire… Comme je ne peux vous exprimer le bonheur du théâtre le soir, l’émotion de retrouver des auditrices qui me reparlaient de mon texte,  l’exaltation d’entrer de plain-pied dans l’amitié d’une comédienne qui souhaite travailler avec moi…Non, la légèreté que déclenche en vous la chaleur de contacts tous si précieux peut se mentionner de l’extérieur, mais elle ne peut se décrire : on la garde en soi avec trop de jalousie, mes belins-belines…

Partager cet article

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

commentaires

Sylviane 22/04/2017 12:24

Bonheur de lire cela...

denis 21/04/2017 20:01

Dame Lucette, la plus grande satisfaction est souvent indicible, permet de communier avec ceux que vous appréciez. Très heureux pour vous, beaucoup de nos personnalités politiques devraient s'en inspirer, malheureusement leur orgueil démesuré est leur plus grande source de jouissance!
Je préfère l'art de la conversation, que vous pratiquez en esthète fervente. Amitiés.

Adrienne 21/04/2017 12:29

voilà un billet qui fait vraiment plaisir à lire :-)

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens