Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 10:55

 

 

          On les appelle des philosophes, et eux-mêmes se pavanent sous l’étiquette. Ils ont certes fait les études correspondantes, celles qui vont dans toutes les directions, mais il ne faudrait pas croire qu’ils aient possédé au départ une disposition spéciale à envisager la vie avec une intelligente cohérence dont le commentaire va leur servir à impressionner autrui. Tout simplement, ils avaient un don étonnant pour la parlote, remarquable dès l’adolescence sans doute et qui, cultivée avec soin par la suite, les a pourvus d’une élégance de diction et de phrasé, d’une sûreté de débit, d’une vivacité de réplique, d’une aptitude à tenir le crachoir devant un interlocuteur qui, même décidé à reprendre la main, se trouve réduit de longues minutes à écouter, fasciné, ce déroulement d’idées habillé d’une parure verbale époustouflante. On fait appel à eux souvent le matin, avec déférence : que pensent-ils de la situation, de l’actualité, de la politique, de la morale (sur ce dernier point, bien placés sont-ils pour répondre : certains ont connu la mise en examen, ils ont été pendant de longs mois grassement payés à ne rien faire, ce sont les fameux emplois fictifs, ils peuvent en parler suavement) ? J’ai eu ma dose ce matin, j’ai encore dans l’oreille le ronronnement charmeur, presque chantant, d’une coulée verbale irréprochable, où tous les poncifs sont travestis en idées nouvelles. Le jugement d’ensemble est absolument sans valeur, c’est seulement le brillant d’une forme exceptionnelle qui l’empêche de rivaliser avec les commentaires du Café du Commerce.

Partager cet article

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens