Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 10:12

          Mon adolescence se déroulant tout entière dans la guerre puis l’Occupation, la seule consigne, le seul mot d’ordre – le seul espoir – c’était De Gaulle, le ciment secret entre condisciples bien informées, la radio anglaise tous les soirs dans l’imprudence, la croix de Lorraine en émail bleu gendarme dans mon corsage au bout d’une chaîne approximative … et un bel enthousiasme prolongé quelques années. Après, certes, les soubresauts politiques, la renaissance active des partis disparus, les difficultés de la   Quatrième puis de la Cinquième, entraînèrent la variété des positions sur l’échiquier des formules de gouvernement, si bien que, malgré la tendresse pour lui que j’ai souvent dû tenir cachée, on ne peut guère me taxer de Gaullisme. Et cependant, alors qu’il était plutôt avare d’une gestuelle toujours un peu rigide, je ne peux me rappeler sans une pointe d’émotion ses accents convaincus quand il nous amenait à prendre conscience de notre chance – Paris meurtrie, Paris martyrisée, mais Paris libérée : tout le monde doit entendre encore ces mots jaillis du cœur retentir dans l’oreille du souvenir… Il y avait dans ces déclarations personnelles si rares une noblesse, un amour, une distinction qui allaient bien au-delà des paroles. Quand aujourd’hui on nous clame, avec d’éventuelles répétitions du truc, « Je vous aime » et même, si je ne m’abuse, « Je vous aime farouchement », bien sûr il y en a qui applaudissent, mais il y en a aussi qui haussent les épaules et d’autres qui rigolent.

Partager cet article

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

commentaires

denis 21/02/2017 23:05

Dame Lucette, ces accents gaullistes sont d' autant plus ridicules venant de la part de prévaricateurs,
plus soucieux de défendre les intérêts de leur caste que l'indépendance nationale, la sécurité au niveau social.
De Gaule n'aurait jamais accepté d'être aussi dépendant d'une entité économique aussi drastique pour les peuples que ce "machin" bureaucratique chapeauté par des Junker et surveillé par Lagarde qui ne se rend pas! Amitiés.

desidéesetdesmots 22/02/2017 13:07

Je m'amuse toujours, cher Denis, à trouver chez vous la même permanente envie de mordre la Dame Lagarde, avec ses faux airs de femme simple., en echo fidèle à mes envies personnelles! Et dire qu'elle continue à être estimée et admirée! Faut-il que les gens soient bêtes et aveugles! Amitiés.

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens