Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 février 2017 3 01 /02 /février /2017 09:55

          Que le courant de fronde se retrouve derrière Benoît Hamon, c’est sûr. C’est même probable qu’à la vue d’une distribution différente des cartes bien des hésitants sans avis se soient ralliés à ce reniement des politiques du quinquennat, d’une part parce qu’il leur tournait le dos avec emphase, d’autre part parce qu’on pouvait toujours espérer en quelque chose de neuf. L’imprévu, malgré toutes les possibilités inédites de clivage que les propositions Hamon pouvaient faire naître, c’est sans doute cette rupture voyante des vieux du PS, costume trois pièces, cravate sobre, chevelures flamboyantes BCBG, quoi,  tout à fait gauche caviar. Hier soir il y en avait deux ou trois annoncés avec une solennité guindée, et il doit y en avoir davantage – au moment de la victoire de  Benoît Hamon annoncée au dépouillement un de ces petits vieux genre « les anciens du PS » annonçait avec fureur qu’il allait quitter un parti livré à l’utopie et la déraison. Une fort évidente fraction du parti, qui se rattache au socialisme parce que c’est la tradition ronronnante, se trouvera certainement mieux à sa place parmi les partisans de Borloo ou de Macron, eux aussi bien guindés dans leur costume trois-pièces. Oui, les cartes vont être redistribuées selon des schémas différents, mais comme il s’agit aussi de vases communicants, il faut attendre la fin du processus pour avoir une idée de l’évolution de la situation. Attendons.

Partager cet article

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

commentaires

denis 01/02/2017 13:29

Oui Dame Lucette,"wait and see", en attendant les gros poissons qui veulent se frayer un chemin jusqu'au pouvoir, vont devoir composer avec le menu fretin pour écarter les grands squales habitués du pouvoir. Les Cambadélis, Valls ont déja montré leur préférence, en se désolidarisant de Hamon, pourtant candidat à l'élection suprême. Bonjour le respect de la démocratie!
Alors que d'autres périls se font plus précis comme l'extrême droite. Serait-ce le syndrome de la République de Weimar qui resurgit chez ces cabotins de la politique ?
J'ai apprécié votre humour acide à propos de l'affaire Pénélope dans votre précédent billet.
Et si, par le malheur des temps, ce grand prévaricateur était élu, il pourrait continuer à entretenir sa famille grâce aux procès en diffamation qu'il gagnerait! Amitiés.

desidéesetdesmots 06/02/2017 17:03

J'ai laissé passer 16heures : Ulysse doit s'y proclamer blanc comme neige, j'ai raté le spectacle! Amitiés.

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens