Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2017 6 07 /01 /janvier /2017 10:41

         Avec les primaires de la droite, c’était tout simple : qui serait élu (par acclamations, comme dans les sociétés primitives) le chef des chefs, voire la chéfesse (puisqu’il y avait aussi sur les rangs une malheureuse qui cherche encore, qui cherche toujours, à se chauffer auprès de l’un ou de l’autre un poste de ministre quel qu’il puisse être) ? Au fond, la qualité du programme n’était qu’un prétexte, puisque l’élu par les enthousiastes de ses propositions a fait machine arrière sur presque tous les points, quitte à se débrouiller entre eux d’ici à la fin de mai. Avec les primaires de la gauche, tout est compliqué : les candidats défendent pratiquement le même programme, celui de la molle opposition aux Bataves (l’un même en était le plus droitier, reconnaissant à présent que le 49-3 était une monstruosité et donc le dénonçant avec vigueur mais trop tard). Tout de même voilà que surgit là au milieu un ton nouveau, avec des exigences précises (par exemple sur le droit à mourir dans la dignité, sur lequel personne ne se commet d’habitude, ou ce revenu minimum qui révolutionne les bien pensants après les avoir stupéfiés) Mais même réussie cette sélection n’entraînera rien puisqu’il reste des outsiders qui se réservent pour la générale et non pour les répétitions. Cela va du moins fournir de la matière à nos chers médias, qui commençaient à se lasser de la stagnation des événements en Syrie : avec les cancans de coulisses tout de même plus faciles à récolter en région parisienne, ils pourront alimenter leurs propos de manière_plus variée et plus humoristique que ne le font les correspondants de guerre.

Partager cet article

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens