Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 10:06

         Me trouvant à méditer sur l’hypocrisie sans pour autant m’arrêter de penser à la malheureuse Palestine,  je me découvre soudain branchée sur l’individu Fafa, anciennement ministre des Affaires étrangères, retiré avec gloire et honneur après n’avoir mis au monde que des bulles. J’y pense puisque la réunion entre pays concernés par la situation au Moyen Orient prévue pour le 21 décembre n’aura pas lieu, comme il fallait s’y attendre (la France étant l’hôtesse invitante, qui donc pouvait avoir envie de se rendre à l’invitation ? Mais oui, ne protestez pas : nous en sommes là). L’honorable diplomate avait spécifié qu’au cas où cette réunion capitale ne pourrait se tenir à Paris (ni, en fait, avoir lieur ailleurs), la France s’engageait à reconnaître officiellement l’Etat de Palestine, non seulement comme un acte de convenance morale (enfin perçue après plus de soixante ans), mais comme un devoir aux yeux du monde. Belles paroles de substance approchante, laissées à la dernière minute comme  le vœu pîeux d’un ministre qui pendant toute sa carrière se serait préoccupé du sort des Palestiniens (c’est vrai ? où ? quand ? comment ? jamais entendu parler, moi, j’avais même bien souvent entendu le contraire). Autrement dit, paraître obsédé au cœur par ce problème d’humanisme sans avoir rien fait pour et – hypocrisie suprême – en sachant que personne de son ministère de remplacement ne tiendrait compte de pareille formulation inédite. Ainsi, au cas où l’Etat de Palestine serait enfin reconnu (et pourquoi pas avec Marwan Barghouti à sa tête, élu depuis sa geôle israélienne ? oui, pourquoi pas ?) l’honorable Fafa pourrait dire « C’est ce que j’ai toujours réclamé, ah que je suis heureux ! » - lui qui a laissé passer les opérations « Plomb durci » et « Défense des frontières », et, plus horrible encore, l’offensive guerrière  sur Gaza sans lever le petit doigt pour intervenir, tellement Tsahal lui fichait la trouille. Et dire que l’individu va couler jusqu’au bout une retraite dorée satisfaite de son impuissance généralisée, en écrivant  ses mémoires où il va se poser en défenseur suprême de la Palestine au prix d’une héroîque opposition à ce nazisme israélien qui faisait peur à tout le monde sauf à lui…

Partager cet article

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens