Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 décembre 2016 4 01 /12 /décembre /2016 07:49

         Avant même qu’on puisse passer à la série nouvelle des votations pour la gauche – parions que le spectacle sera moins classiquement taillé à coups de hache (oui, je sais : mais si je veux envisager le spectacle comme taillé à coups de hache, est-ce que je n’en ai pas le droit, moi, alors que tant de choses pas belles et peu naturelles sont encensées par une société permissive ?) -  on peut examiner de près les futurs candidats, les déclarés et les déclarés en substance qui n’attendent qu’une évacuation officielle pour confirmer leur candidature. Rien n’est si comique que de les voir sur le fil du rasoir, ayant déjà pris le ton présidentiel qui convient mais s’exposant aux pièges de l’apprentissage de la fonction lorsqu’ils veulent jouer au petit soldat : ainsi notre Premier ministre qui est allé valser en Tunisie comme un chef d’état (d’ailleurs le tapis rouge avait été déroulé pour lui à sa descente d’avion)  sans avoir répété le nom du président de là-bas de manière à ne pas bafouiller. Horreur ! Le nom bafouillé donnait quelque chose comme Ton Zizi, et, martelé avec l’assurance dont notre Vals préféré a l’habitude puisqu’il ne se trompe jamais, a dû avoir un retentissant succès ubi et orbi. Piètre manière d’engager les négociations dans l’espoir de se faire à l’avance adopter comme le candidat qui aura réussi à triompher de tous les obstacles – mais ce n’est pas au président Ton Zizi à décider : c’est chez nous que ça va se faire, mes belins-belines ! 

Partager cet article

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens