Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2016 3 16 /11 /novembre /2016 17:47

         Grosse lune ou pas grosse lune (moi j’ai rien vu, et ça m’ennuie de devoir encore attendre trente-quatre ans, je trépigne facilement d’impatience et mon médecin m’a dit que ça n’était pas bon pour la santé), nous sommes bel et bien sortis de la zone caniculaire. Les brumes se traînent, non point les bruines dorées des matinées de septembre où le soleil préside aux vendanges et se prélasse sur les vignobles, mais bien les renfrognées, opaques, boudeuses, qui ont pour manifeste objectif de nous rappeler à la maussaderie de notre condition. Nous ne devrions pas nous plaindre : l’un dans l’autre, nous avons subi de l’ultra-violet en quantité, nous avons donc pu faire des réserves de chaleur interne pour  toutes les semaines sans lumière qu’il nous faut à présent traverser, avant que le vernal sortilège ne fasse sortir les premier bourgeons sur les rameaux tristement nus (et ça encore c’est une idée reçue : avant l’apparition des bourgeons l’écorce des rameaux  a déjà, même sous la neige de février, changé de couleur, elle a pris du rose, timidement, elle a quitté  sa sécheresse, elle s’est légèrement gonflée , histoire de faire patienter les curieux, « C’est en marche, ça vient, il y a tout un protocole à suivre, on ne peut pas aller plus vite que la musique »). Bon. Prenons-en bonne note et guettons les amandiers puisque c’est eux qui donnent le premier coup de cymbale.

 

Sorry pour hier,,mes belins-belines. Je vous ai abandonnés pour le Salon du livre de Chalon, «  Lire à l’Hôpital »  - les rendes-vous en Saône- et- Loire je ne les manquerais sous aucun prétexte, vous le savez bien. Qui est-ce qui m’a fichu des racines aussi persistantes, aussi vivaces ?En tout cas elles se sont régalées hier, elles ont frétillé dru en retrouvant tant de visages connus. Et si je vous avoue que j’ai eu l’impression de laisser tomber derrière moi quelques années comme des peaux inutiles, comme si c’était un bain de jouvence et non une cause de mélancolie, vous ne pouvez pas, vous ne devez pas m’en vouloir – ou bien ? comme disent les Suisses

Partager cet article

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens