Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2016 5 04 /11 /novembre /2016 11:43

 

 

         J’avais déjà vu ce délicieux – et si léger : le prétexte du film est menu, menu… -  Magic in the Moonlight de Woody Allen avec ce cher Colin Firth, que je n’aimerai jamais autant que dans le superbe Pride and Prejudice en tant d’épisodes inépuisables (donc pas  le condensé de la BBC malgré Dame Judy Dench), mais je n’ai pas hésité à le revoir, même sans suspense, pour ne pas voir la deuxième séance du grand passe-boules officiel. Je n’avais pas compris que le psychodrame de la droite se passerait en plusieurs phases :une fois m’avait semblé suffisante, il paraît donc que je jugeais mal. J’avoue même que je n’ai pas cherché à savoir ce matin les impressions produites sur le public ni les sondages, qui sont censés exciter les pronostics comme on parie en Irlande sur tout et sur rien. Autour de chaque tête de file se regroupent tous les ténors qui ont à un moment ou à un autre et pour diverses raisons défrayé la chronique : ce sont là tous les would be ministres principaux, sept ou huit par écurie, tout prêts à s’entredévorer au moment de la distribution aléatoire des portefeuilles…C’est moins violent, moins indécent tout de même que ce qui se passe de l’autre côté de la Mare aux Harengs, où règnent l’insulte, la calomnie, la grossièreté et le règlement de comptes en un contexte délabrant, mais ça n’est pas spécialement beau à voir non plus, et j’ai même cru comprendre qu’il y a encore une séance à venir. Alrs, que deviendra donc le vote pour la présidentielle, quand toute la population sera écoeurée au point de bouder les urnes ?

Partager cet article

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens