Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 octobre 2016 1 17 /10 /octobre /2016 18:02

         Un jour gris comme l’était hier – gris de plomb, gris d’étain, gris d’argent – nous étions à Mycènes. Seuls sur les vestiges du palais (tous les touristes retenus par la sacro-sainte obligation de se sustenter, mouton ou poulet et mieux valait ne pas trop voir de près dans les cuisines comment tout cela se préparait) oui Mycènes était à nous seuls. Tombeau de Clytemnestre ici, tombeau d’Agamemnon là – aucun des deux n’indiquant les funestes reliques puisqu’ils n’y reposent ni l’un ni l’autre. Mais vue illimitée sur l’enchaînement des collines jusqu’à Nauplie   - et sous ce ciel brouillé où une brume insolite ressemblait à des fumées se traînant d’une vallée à l’autre, il était fascinant de distinguer vers la côte, là où naguère les navires du Roi des Rois avaient été retenus par les dieux jusqu’au sacrifice d’Iphigénie, là où dix ans plus tard les rescapés  victorieux mais meurtris de la Guerre de Troie débarquaient de leurs vaisseaux pour rentrer dans leurs foyers (avec tous les pièges meurtriers qui les attendaient, mûris et peaufinés pendant leur absence) – oui, il était fascinant de distinguer vers la côte  le premier feu annonçant le retour du Roi des Rois, le feu auquel allait répondre, s’allumant dans la joie, le second feu sur la seconde colline, et ainsi de proche en proche chaque colline à son tour se couronnant de flamme  pour signifier que la joie ds célébrations pouvait commencer. La joie, oui, mais aussi les règlements de comptes…

Partager cet article

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens