Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 octobre 2016 1 31 /10 /octobre /2016 10:20

 

         S’interroger. Mieux et plus sévèrement que jamais. S’interroger sur ce qu’on est, ce qu’on a été, ce qu’on pense, ce qu’on dit, ce qu’on laisse de pensé, de dit, de fait. S’interroger au scalpel, la lame toute prête à fonctionner, ne pas hésiter à la mettre en œuvre puisque tout est à reprendre. C’est ce qu’ils disent, il faut les croire, on devrait en tout cas - mais si on peut diriger sa pensée on ne peut pas diriger sa croyance. Avec la meilleure volonté du monde, on ne peut commander à son cerveau de rayer ce qu’il hébergeait avec tendresse pour le remplacer par tout ce qu’il haïssait depuis toujours – depuis la deuxième antifafa en particulier. Cela pour les positions extérieures. Et quant au solipsisme naturel qui pour une fois avait été pratiqué ouvertement (alors qu’à l’habitude on le refoulait, on le bâillonnait, on tâchait de l’écraser) il faut croire (on s’y essaye) qu’il avait tort de s’exhiber pour une fois – l’ultime – parce que c’était insupportable à autrui. On ne peut pas dire la vérité, ni sur les autres, c’est un délit, ni sur soi, personne n’y croit si cette vérité vous est favorable. On se rappellerait seulement les bévues les erreurs les pas de clerc les maladresses, tout ce fatras-là on ne l’oublierait pas. Toutes les positions au-dessus de la ligne, les myopies les presbyties les oedèmes de la rétine – les excuses et justifications naturelles, quoi – on ne ferait qu’en hausser les épaules. C’est compliqué, la vie. 

Partager cet article

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

commentaires

Sylviane 02/11/2016 07:42

Bonheur des idées et des mots ! Merci...

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens