Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 octobre 2016 1 10 /10 /octobre /2016 10:31

Amis, entendez-vous crier la Palestine ?          LAMENTO

Mutilée, épuisée, elle appelle au secours.

Elle a encor le cran, tandis qu’on l’assassine,                  POUR

De crier et gémir à chaque instant du jour.

                                                                                                LA PALESTINE

Menottée, garrottée, piétinée, poignardée,

Frappée de toutes  parts et de toutes façons,

Elle gît dans le sang et sa voix affolée

Est celle d’un otage ayant payé rançon.

 

Car depuis soixante ans elle est prise en otage,

Indûment dépouillée de son sol, de son eau,

De ses biens, de son fier passé, de ses villages :

L’occupant Israël est un mortel fardeau.

 

Ils étaient accourus de tous les coins du monde :

Les Anglais leur donnaient le droit de s’installer

Dans un pays que par leur politique immonde

Il leur fallait en premier lieu débarrasser.

 

Détruire, éliminer ce qui  depuis des âges

Avait symbolisé une grande nation…

Ce fut un jeu pervers de revanche et de rage

De n’en laisser plus rien que des lamentations.

 

Le monde entier regarde ainsi qu’à sa fenêtre.

Pas de vagues surtout ! Mieux vaut complicité

Avec les criminels que s’exposer peut-être

A être comme les Palestiniens traité.

Amis, entendez-vous crier la Palestine ?          LAMENTO

Mutilée, épuisée, elle appelle au secours.

Elle a encor le cran, tandis qu’on l’assassine,                  POUR

De crier et gémir à chaque instant du jour.

                                                                                                LA PALESTINE

Menottée, garrottée, piétinée, poignardée,

Frappée de toutes  parts et de toutes façons,

Elle gît dans le sang et sa voix affolée

Est celle d’un otage ayant payé rançon.

 

Car depuis soixante ans elle est prise en otage,

Indûment dépouillée de son sol, de son eau,

De ses biens, de son fier passé, de ses villages :

L’occupant Israël est un mortel fardeau.

 

Ils étaient accourus de tous les coins du monde :

Les Anglais leur donnaient le droit de s’installer

Dans un pays que par leur politique immonde

Il leur fallait en premier lieu débarrasser.

 

Détruire, éliminer ce qui  depuis des âges

Avait symbolisé une grande nation…

Ce fut un jeu pervers de revanche et de rage

De n’en laisser plus rien que des lamentations.

 

Le monde entier regarde ainsi qu’à sa fenêtre.

Pas de vagues surtout ! Mieux vaut complicité

Avec les criminels que s’exposer peut-être

A être comme les Palestiniens traité.

 

C’est pourquoi, quand on a compris combien c’est triste

Que tout un peuple soit livré au désespoir

Et qu’on l’ait surnommé « Peuple de terroristes »

Sans réfléchir, à l’étourdie et sans savoir,

 

Il vous prend, comme au temps des rudes jacqueries

Où l’on s’armait de sa fourche ou bien de sa faux

Pour combattre les insolentes seigneuries

En sachant bien qu’on allait y laisser sa peau,

 

Oui, il vous prend envie de faire quelque chose

Pour ne plus être inclus dans la complicité

Des lâches, de crier de façon que leur cause

Soit enfin regardée avec humanité,

 

A ces martyrs  survivant parmi leurs décombres,

Ceux de Gaza, de Cisjordanie ou d’Hébron,

Comme si leur futur ne pouvait qu’être sombre

Exil, famine, ou pure et simple suppression.

 

 

C’est pourquoi, quand on a compris combien c’est triste

Que tout un peuple soit livré au désespoir

Et qu’on l’ait surnommé « Peuple de terroristes »

Sans réfléchir, à l’étourdie et sans savoir,

 

Il vous prend, comme au temps des rudes jacqueries

Où l’on s’armait de sa fourche ou bien de sa faux

Pour combattre les insolentes seigneuries

En sachant bien qu’on allait y laisser sa peau,

 

Oui, il vous prend envie de faire quelque chose

Pour ne plus être inclus dans la complicité

Des lâches, de crier de façon que leur cause

Soit enfin regardée avec humanité,

 

A ces martyrs  survivant parmi leurs décombres,

Ceux de Gaza, de Cisjordanie ou d’Hébron,

Comme si leur futur ne pouvait qu’être sombre

Exil, famine, ou pure et simple suppression.

 

 

Partager cet article

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens