Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2016 4 06 /10 /octobre /2016 10:00

         Au moment où j’allais aborder pour vous un sujet à méditer (rassurez-vous : je le mets de côté pour lui faire prendre un bain de soleil au plus tôt) une révélation d’hygiène me coupe le souffle. Comme j’aime à vous faire partager mes émotions tout autant que mes indignations, je vais vous mettre au parfum sans attendre. Vous n’allez pas en revenir, sauf si par d’autres voies vous avez déjà été dûment informés. Mes belins-belines, si je vous dis « escargots », vous pensez immédiatement que le climat bourguignon inscrit au patrimoine de l’UNESCO m’a tourneboulé le citron. Je crois en effet que pour l’extérieur de la province, comme le disait une  diseuse marseillaise avé l’accent,  la Bourgogne c’est deux  choses : l’escargot dessus, et dessous c’est les visites de caves..  L’escargot sert même de motif décoratif en sculpture dès le Moyen Âge,  on en trouve plein d’exemples dans le Dijonnais. Eh bien cet escargot, ce gros pépère, savez-vous ce qu’il sait faire quand il se casse la coquille ? Il bave en abondance,  sa coquille se refait (pas en quatrième vitesse mais presque), d’abord fragile et un peu transparente, mais très vite solide et dans sa couleur d’origine. Et devinez ce qu’on a trouvé miraculeux de faire ? De la bave d’escargot, en réserve, en pilules, en ampoules, en crème, pour cicatriser, pour refaire les os, pour réguler tout ce qui ne va pas… Mais où va-t-on trouver assez d’individus pour nous baver la santé ?

Partager cet article

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens