Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2016 2 04 /10 /octobre /2016 10:59

         J’ai accompagné hier un vieil et cher ami dans son dernier sommeil. Je n’étais pas retournée au crématorium depuis presque quinze ans, et j’ai été ahurie des changements que j’y ai trouvés. D’abord il y a plusieurs bâtiments qui n,’ont plus l’air d’une remise, mais qui de l’extérieur, malgré une certaine recherche d’élégance dans leur design, évoquent plutôt un centre commercial sélect qu’autre chose. A l’intérieur, luminosité tamisée, murmures de jets d’eau, bassins impeccables, toute une atmosphère de détente pour ceux qui restent sinon de réconfort. L’affichage est discret et efficace (indication des horaires de fonctionnement correspondant à tel ou tel nom par panneaux comme dans une gare, plantes vertes, passages feutrés mais tout de même effectifs du maître des cérémonies quand il s’agit, parmi les foules qui attendent en s’entretenant à voix basse, de sélectionner celle à qui l’entrée des lieux du dernier adieu est enfin permise). Tout se déroule sans accroc, chaque famille organisant la cérémonie à son gré de manière à mieux, plus tendrement, évoquer le disparu et entourer ceux qui restent. Et tout autour, un domaine à l’américaine : une esplanade, des bosquets, des  avenues qui se recoupent, des ronds-points pour éviter ( ?) de se perdre, des pelouses aussi impeccables que le macadam  du circuit routier, des étendues d’herbe soignée, des rideaux d’arbres… Et à proximité – juste une avenue à traverser – le golf ; signe éminent de classe et de fortune. De quoi évoquer – mais avec distinction – la moralité peinte sur les enseignes des bistrots d’autrefois donnant sur les cimetières : « Ici c’est mieux qu’en face ». Ce n’est pas dit en ces termes, c’est sous-entendu – mais  l’invitation, ou du moins la constatation,  est la même.

Partager cet article

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

commentaires

denis 05/10/2016 01:51

Dame Lucette, ce que vous décrivez si bien, je l'ai connu moi-même, est parfois plus triste que la mort elle-même car ce décor semble discréditer toute vie morale vécue du vivant.
Je crois que, comme le pensait CAMUS, les cimetières devraient être moches et peu entretenus pour ne pas donner envie de s'y reposer, donner une juste valeur à nos morts.
Mais le spectacle de l'économie, avec ses décors clinquants et quelque peu irréels, vampirise même ce qui est de l'ordre du recueillement et du spirituel. Triste époque en fait.
Salutations.

Adrienne 04/10/2016 19:40

Toutes ces choses que vous décrivez, je les ai constatées aussi et elles m'ont mise mal à l'aise...
Avec toute mon amitié

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens