Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 août 2016 5 19 /08 /août /2016 09:02

         J’ai retrouvé parmi mes archives (car bien sûr la montagne de papiers que je garde est responsable du désordre qu’offre ma maison au visiteur) la  lettre que j’avais préparée pour répondre à cet auteur de diatribe sur Internet dont je ne connaissais même pas l’existence. Et pourtant il paraît qu’il s’agite dans le domaine de la littérature : si je me promenais au hasard sur la toile je l’aurais peut-être rencontré, mais je n’arrive même pas à assurer un contact régulier avec mes relations de Facebook et suis toujours emplie d’une sainte révérence pour les manigances qui vont s’offrir à moi si je me branche sur Firefox et décide d’aller un peu voir ce qui s’y passe. L’auteur de la diatribe me connaissait, me suivait peut-être de temps à autre. En tout cas, les quelques blogs que j’avais consacrés à Tel-Aviv–sur-Seine l’ont fait grincer des dents au point qu’il n’a pas pu se retenir de me faire entendre ses grincements. Il avait réagi comme s’il avait été invité par l’ineffable mairesse de notre capitale et s’offusquait de ne pas me voir dévorée d’envie de pareil honneur. Non, merci beaucoup…Il a donc vu dans toutes mes positions pro-palestiniennes (je rappelais sans doute qu’une année exactement avant cette sublime célébration balnéaire Gaza avait été pilonnée à mort avec tanks, obus et patrouilles sur-armées, moi je n’avais pas oublié) une attaque directe à ses convictions personnelles (et alors ?) : aucune hésitation possible, j’étais antisémite, il le publiait, le mot était à la mode dans son acception récente à large assiette…. Je crois qu’il attendait une réponse, et je l’ai dûment et sarcastiquement rédigée. Et puis je ne l’ai pas envoyée – renseignements pris, c’est un monsieur qui se passionne pour Drieu La Rochelle et Lucien Rebattet. Pas de commerce avec ce milieu-là ! J’ai donc gardé la lettre, même  si mon silence a pu lui faire penser que j’étais couverte de honte à lire ses vérités sur moi, tellement humiliée de cette critique publique que, ravalant ses couleuvres, je me tassais au fond de mon trou pour tenter de les digérer…

Partager cet article

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

commentaires

denis 20/08/2016 00:22

Mieux vaut laisser ce triste sir s'intoxiquer tout seul avec son poison, votre silence est signe d'intelligence me semble-t-il.
"La meilleure façon de discréditer un imbécile est de le laisser parler".
Continuer à pleines lettres sur votre blog, Dame Lucette. Amitiés.

Adrienne 19/08/2016 12:31

Il est vrai qu'il y a des cas où le silence est la meilleure réponse!

desidéesetdesmots 19/08/2016 16:13

Après un an, il me démangeait tout de même d'en parler! Amitiés.

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens