Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 août 2016 4 18 /08 /août /2016 08:08

         Je reviens sur mon sujet – vous savez bien que c’est mon cheval de bataille et que je porterai jusqu’à la mort cette plaie au coeur pour n’avoir pas pu faire assez pour lui assurer guérison. L’anniversaire – passé sous silence cette année – du Tel-Aviv-sur-Seine 1975 me rappelle une algarade dont on m’avait fait cadeau sur Internet (quelqu’un me l’avait signalée un peu plus tard, car j’ignorais l’existence d’un critique mélangeant officiellement littérature et politique). Les termes, la longueur, la fourberie distinguée de la diatribe étaient frappants : le tout émanait d’un inconditionnel de notre cousin presque frère Benyamin et la seule arme dont il pouvait user, non pour me faire changer d’opinion mais au moins essayer de me faire taire sur ce chapitre, c’était l’antisémitisme. Vous avez remarqué comme moi que la définition qui avait cours de tout temps dans la population et désignait l’hostilité aux Juifs a pris ces dernières années (d’abord avec la loi Alliot-Marie de douce mémoire puis, ignoblement à sa traîne, par nos dieux d’à présent qui s’enorgueillissent de continuer dans la voie du Sarkosisme le plus dégradant) une ampleur d’assiette parfaitement contestable pour aider au soutien des vues, voies et suggestions du cousin presque frère. Si par exemple vous contestez que des produits palestiniens soustraits à leurs propriétaires puissent se vendre sur le marché européen comme produits israéliens authentiques, vous êtes antisémite. Comme l’antisémitisme a toujours et justement été condamné dans notre pays, l’astuce est de faire passer pour antisémites tous les actes ou dires anti-israéliens : autrement dit notre justice se fait le vibrant doublon des tribunaux de là-bas dès qu’un mouvement de protestation ici se fait jour contre les décisions arbitrairement criminelles de l’état-voyou.  Depuis cinq ou six ans maintenant c’est chose à peu près officielle : toute parole pro-palestinienne ou critiquant une exaction réalisée par Nethanyaou est par nature antisémite   donc condamnable chez nous, sur le territoire français – mais oui ! Moi qui ai toujours eu, et ai encore, des amis juifs proches,  qui lis avec un vif intérêt la littérature israélienne contemporaine, qui ai infatigablement condamné la Shoah depuis son existence car elle touchait ma famille et beaucoup d’amis à nous, je dois dire que l’étiquetage d’antisémitisme me laisse de marbre, comme si on me traitait de Bantou, de Maori ou de Lapon : erreur d’étiquette, tout simplement…Non, ça ne concerne absolument pas les amis des Palestiniens avec lesquels je milite. Les chiens aboient, la caravane passe…

 

Partager cet article

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens