Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juillet 2016 3 13 /07 /juillet /2016 09:06

         Je médite souvent sur la justice, la justice immanente, la justice capricieuse, la justice faux-jeton, la justice des tribunaux. Pourquoi pas cette dernière ? On n’a pas le droit de revenir sur un jugement prononcé, mais tout de même on a le droit de se prononcer à son tour, individuellement ou publiquement, sur ce que les tribunaux imposent au monde sous l’étiquette justice. Je ne puis oublier cette condamnation du tribunal de Chalon (j’étais toute jeune alors) infligée à une pauvre femme sans le sou qui avait volé aux Galeries une bouteille d’apéritif parce que c’était l’anniversaire de son vieux et qu’elle ne possédait pas une pistole à elle et qu’elle aimait son vieux. Vous me direz que tout dépend du tribunal et de sa sévérité morale : peut-être que des filous de la finance qui s’en sont tirés haut la main des années de suite n’auraient pas trouvé grâce auprès de ce tribunal chalonnais, qu’en sait-on ? Moi je regarde aussi avec régularité les jugements dont on écrase bruyamment et avec une espèce de férocité les membres du BDS qui ont boycotté les produits palestiniens présentés comme israéliens par les revendeurs ayant fait main basse sur les produits cultivés de misère par les occupés (vous vous rappelez, la France entre 1940 et 45 ? moi oui…). C’est par attachement nostalgique aux incitations agressives de la divine Alliot-Marie (qui sans la moindre connaissance de vocabulaire mélangeait précaution de commerce équitable, en stricte conformité avec les réglementations européennes, avec antisémitisme  - la formule est si facile à manier de nos jours, elle a fait école auprès de nos ministres qui brandissent leur ignorance des notions comme un acte de foi et criminalisent la position rebelle, celle qui ennuie tant notre cousin presque frère Benyamin). Bref, mes belins-belines, si on attend que la justice soit rendue « en toute équité », on a intérêt à s’asseoir sous l’abri bus en attendant qu’elle passe…

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

commentaires

denis 14/07/2016 22:51

Oui malheureusement Dame Lucette, plus ces dirigeants proclament leur inculture, plus ils se sentent forts.Mais qu'importe pour eux ce que le peuple pense, car ils se prétendent "plus égaux que les autres" pour nous gouverner, comme dans "La ferme des animaux" de ce visionnaire Orwell. Amitiés.

Adrienne 14/07/2016 09:04

En effet et hélas...
Quand en classe nous lisons "Les animaux malades de la peste", nous ne devons jamais chercher très loin pour trouver des exemples récents qui prouvent toute l'actualité du texte...

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens