Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2016 3 27 /07 /juillet /2016 08:29

         Il y a des jours comme ça, où vous sentez que l’énergie déborde. Inutile d’envisager de la gastronomie fine : personne ne figure sur l’agenda des invitations cette semaine. Inutile de prévoir du jardinage fin, dans lequel s’épuiserait rapidement ce trop plein de forces : la terre est comme du ciment, on nous a promis des orages qui ne viennent pas, le béton triomphe, tant pis. Inutile de chercher un dérivatif au farniente dans l’écriture : tant que l’immersion dans un nouveau roman ne s’est pas réalisée, c’est de la petite bière, les nouvelles ne peuvent calmer la fièvre d’écrire, tout ce qu’elles font c’est, comme le sucre, d’enclencher l’addiction et générer de nouveaux sujets à traiter en vitesse.  Ces variations sur la parole et le silence que je vous ai annoncées il y a quelques semaines déjà dûment passées chez l’imprimeur (et certes le recueil relié avec son beau titre et sa couverture de plastique a fière allure : on le croirait déjà sorti de chez l’éditeur) n’ont plus qu’à être acceptées par quelqu’un de cette qualité fonctionnelle (admirez au passage le culotté « n’ont plus qu’à… »). Les glanes abondantes et sévères d’une succession difficile traversée dans les angoisses de toute sorte n’ont plus  qu’à être peaufinées avant d’être livrées à la lecture publique où, comme dans un livre à clés, le lecteur  fouillera parmi le texte ainsi que les enfants le lundi de Pâques à la recherche des œufs éparpillés dans le jardin. Et j’ai même commencé un Mon (tout petit) Dictionnaire amoureux de l’Hospitalisation, à partir de nombreuses notes rédigées à l’occasion de ce séjour de vacances du mois d’avril, mais je dois vous avouer qu’à la simple évocation  de l’originalité du café au lait de là-bas, mon estomac se révulse et mon entreprise se trouve coupée à la racine. Même mon énergie de la journée baisse les bras…Il me faut d’urgence imaginer un autre exutoire pour ce trop plein malmené (et j’entends ici la voix pointue de Fabrice Lucchini invisible nous incitant à la télé à « moins de déchets : ça déborde ! »). Oui, ce soir j’ai de l’énergie que je ne sais à quoi employer. Si seulement ça pouvait se mettre en conserve pour « les jours sans »,  comme sous l’Occupation !

Partager cet article

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens