Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 09:15

         La critique actuelle fait volontiers la fine bouche devant ce qu’elle appelle, pratiquement avec la même moue condescendante, le film d’acteurs ou le cinéma de papa. Certes, si l’on fait référence aux minables productions franco-franchouillardes qui se prétendent comédies à la française, on peut se sentir accablé. Mais tout de même, lorsqu’il s’agit de « films policiers » du bon faiseur, ceux qui n’ont pas encore revendiqué l’étiquette « polar noir » ou « thriller » venue d’Amérique (Touchez pas au grisby, Razzia sur la chnouf, Le Corbeau, Les Diaboliques, Les Espions, L’Assassin habite au N°21, Quai des Orfèvres, Entre onze heures et minuit…), on n’a pas à prendre des grands airs avec ces  intrigues palpitantes, bien ficelées, bien construites, confiées à des acteurs bien dans leur peau parce que bien dans leurs rôles. J’en veux pour preuve le vif plaisir que j’ai pris à voir (et revoir presque sans décalage) ces Comptes à Rebours de Roger ¨Pigaut, que je connaissais comme acteur mais non comme metteur en scène – il a bien fait de passer derrière la caméra. Pour cette vengeance à double sens où le spectateur est complice de chaque règlement de comptes et où l’intrigue de base (Qui a naguère appelé la police ?) se complique d’une affaire sentimentale pleine de nuances, il fallait des faciès comme ceux de Reggiani, Michel Bouquet, Marcel Bozzuffi, André Pousse, Jean-louis Bory, Charles Vanel, chacun avec sa dose d’ambiguité et de mystère et sa force de jeu qui donnait son maximum. J’ai connu des soirées rudement plus pénibles avec des machins plus récents à effets spéciaux…

 i                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    

 

Partager cet article

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

commentaires

denis 02/03/2016 01:39

Oui dame lucette, et j'oserai ajouter à cette liste compartiment tueurs signé costa gavras certes, mais
avec une pléiade d'acteurs français très en forme, de Piccoli en vieux garçon libidineux jusqu'à Montand en flic faussement désabusé. Un des sommets de ce cinéma à la papa, qui pourrait envoyer dans les cordes bons nombres de nos experts en polars actuels étant, selon moi, le doulos avec un Belmondo en formidable héros tragique. De quoi faire rougir pas mal de nos petits
marquis habitués à cotoyer la cérémonie des césars. Bien à vous.
.

desidéesetdesmots 12/03/2016 19:39

J'adore Compartient tueurs, en effet, moi aussi. Heureuse de votre approbation - mais avez-vous remarqué qu'on a un peu l'air godiche quand on prend la défense de ce cinéma de qualité, aussi bien dans ses scénarios que dans ses réalisations?

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens