Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2015 6 21 /11 /novembre /2015 08:24

         Ce public de blog, invisible et peut-être absent, mais peut-être aussi attentif en silence, régulièrement présent, se faisant peu à peu une idée de vous, de vos réactions devant l’actualité, de vos émotions et manières de les laisser transparaître   -   de votre style aussi, car certains sont éventuellement écrivains,   et connus, et qualifiés (donc tout ce qu’ils diront de votre prestation jour après jour aura valeur officielle pour vous et vous apportera, si brièvement exprimée qu’elle soit, une justification dans la voie que vous avez choisie) – ce public de blog, donc, impossible à évaluer, à connaître, à contacter autrement que par la parole qui s’envole ou par le texte éphémère, est peu à peu devenu si réel, si proche, que sans pouvoir distinguer des traits ni des sons de voix je le reconnais comme on reconnaît une présence dans la pièce voisine : on sait qu’il y a quelqu’un, inutile d’aller vérifier. Lorsque l’actualité me fournit l’indignation et la révolte, j’ai l’impression, dans mes vitupérations, que je tonne en chaire devant une audience qui, le blog terminé, n’aura qu’une envie, celle de multiplier ma parole urbi et orbi – et pourtant s’il est vrai que s’est accru au fil des ans le nombre de mes auditeurs (je dis bien auditeurs, car c’est surtout ma voix qu’ils entendent) il n’en reste pas moins que bon nombre des visiteurs curieux qui prennent contact avec mes gazouillis n’insistent pas, vont plus loin, n’aiment pas mon ton familier et direct. Mes belins-belines…ce vocabulaire lyonnais de la Mère Cotivet pieusement repris contient une tendresse d’approche qui retient les autres, mais il y a toujours des frileux qui fuient le contact comme des antennes d’escargot qu’on manipule...

Partager cet article

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

commentaires

Dubois 23/11/2015 06:44

Cher Professeur(j'aime bien ce beau titre), j'apprécie de vous retrouver chaque matin, fidèle, avec vos émerveillements, vos colères, votre culture. MERCI.

Elisabeth CONVERS 22/11/2015 09:08

Encore un grand merci, Dame Lucette, pour ce très beau texte sur vos rapports avec les lecteurs de votre blog. Parfois des échanges concrets, le plus souvent seulement une réception anonyme et bienfaisante de vos réflexions.

Adrienne 21/11/2015 09:46

Je suis comme la Seine dans le poème de Prévert, toujours là
Qui est là
toujours là dans la ville
et qui pourtant sans cesse arrive
et qui pourtant sans cesse s'en va ...
...
Et elle pleure si vous pleurez
ou sourit pour vous consoler

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens