Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 09:58

         On peut s’étonner de l’enthousiasme attendri avec lequel les poètes – les grands, les moins grands, voire les débutants et ce ne sont pas forcément les pires – ont célébré, célèbrent et célèbreront les splendeurs et la gloire de l’automne. Certes on peut encore fin septembre jouir de quelques belles heures d’un soleil chaud et mûr à parfum de pêche et de figue, mais très vite que nous offre-t-il derrière ? La saison se meurt, on le sent dans son corps et dans son cœur, on décline avec elle en force, en énergie, en éclat, la joie disparaît du paysage ambiant et du paysage intérieur. Et elle chercherait plutôt à se cacher, cette pauvre saison qui s’étiole. Elle dissimule ses pâleurs et ses effilochages sous des voiles de brume qu’elle tente de disposer afin qu’on leur trouve une certaine poésie, mais qui au fond ne sont qu’un aveu d’impuissance et de faiblesse. Elle perd sa couleur comme des joues de poitrinaire, elle se met à sentir le chrysanthème et l’humidité des pierres tombales. Elle peut encore à l’occasion jouer les coquettes en agitant ses brouillards, car cette buée à fils d’argent qui adoucit les contours et nimbe les formes prend des reflets de perle lorsqu’un soleil égaré la traverse. On ne peut tout de même pas se réjouir de voir tomber les feuilles, flétries et crispées dans leur agonie, comme on guetterait avec le cœur battant la sortie des premiers bourgeons…

Partager cet article

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

commentaires

Adrienne 27/10/2015 17:17

je vois que vous avez adopté les réformes de l'orthographe, bien chèrement acquises en 1990 et toujours honnies par tant de gens ;-)
ici ce matin la saison automnale a "joué les coquettes" en offrant un ciel bleu strié de rose fluo :-)

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens