Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juillet 2015 5 17 /07 /juillet /2015 09:56

 

 

 

         Derrière ce Philip Marlowe à l’intuition et au raisonnement si remarquables, je peux vous citer tous les noms des malfrats qu’il rencontre (et souvent trouve déjà morts, mais encore tout frais) au cours de l’histoire. Le faux bouquiniste maître chanteur Leidegger, Eddie Mars le teneur de clandé qui récupère sur le parking les gains de ses clients chanceux et qui loue au premier individu la maison où les photos compromettantes sont prises pour le chantage, Joe Brody un autre mobster qui s’est enfui avec la femme de Mars, et puis ceux qui ont disparu et qu’on ne reverra pas (et personne ne s’en soucie même si c’est leur recherche qui a déclenché tout le branle-bas – oui je peux suivre tous ceux-là à la piste mais je suis incapable de vous expliquer le lien ou les liens qu’il y a entre eux, et Chandler ne le pourrait certainement pas non plus. C’est aussi beau, aussi titillant que chez Lynch, où vous découvrez avec passion des rencontres, des dialogues, des scènes dont vous pouvez donner tout le détail sans savoir où les placer dans le puzzle (avez-vous remarqué que le cowboy de pacotille qui dans le noir, sous une ampoule qui grésille, donne quelques suggestions obscures à peu près aux trois quarts de l’intrigue, se promène déjà dans le studio dès qu’on y fait la première incursion ?). Tout cela présenté pêle-mêle, d’abord au cours d’un rêve, avec inclusion de visions de cauchemar inexpliquées, captation d’identité, cadavre sans nom, jeu forcé quand il est imaginé (c’est cette différence de ton qui permet de voir si on a laissé le rêve ou si on baigne encore dedans),  réemploi de personnages sous d’autres formes ou rôles… Avec en plus de grandes interrogations sur le vrai et le faux, l’apparence et le trucage, le théâtre et le cinéma, sans qu’on sache où le récit vous ballotte… Certes, il ne faudrait pas que tout le cinéma fût de même farine, mais ces deux films inclassables sont des monuments : s’ils n’avaient pas existé, il aurait fallu les inventer. Tous les deux.

Partager cet article

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens