Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 08:24

         Samedi c’était le Blog N°1944 – j’avais bien dit que je ne ferais plus de correspondance entre la numérotation de mon billet quotidien d’humeur avec les datations historiques signifiantes, mais en toute vérité je ne peux pas laisser passer cette année des grandes douleurs (avec la découverte des camps d’extermination nazis, les convulsions de la Libération – que j’ai connues dans notre maison de campagne, sous les obus tirés depuis Givry, crispée et les mains sur les oreilles entre deux murs de refend de la maison, que mon père avait jugés la portion du logis la mieux apte à nous protéger en cas de bombardement direct : tous les détails dans Le Miel de l’Aube, je n’en menais pas large, et pas forcément rassurée de penser qu’en cas de pépin nous y passions tous) – puis de nouveau les grandes exaltations  de la libération de nos deux résidences, mais aussi les grandes et dévorantes inquiétudes du piétinement des armées américaines dans les Ardennes au fur et à mesure que l’hiver progressait sans que l’Allemagne nazie soit encore à genoux… Non, en toute honnêteté, je ne peux passer cette année-là sous silence. Je crois en effet que les gens de ma génération qui ont connu ces affres, ces espoirs, ces terreurs, ces joies  et qui se trouveraient par hasard à faire partie de mes fidèles, fût-ce de manière épisodique et ponctuelle, non, je crois bien qu’ils ne me le pardonneraient pas.

 

Partager cet article

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens