Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2015 6 23 /05 /mai /2015 09:35

         Voilà que je me trouve détournée du propos que je voulais vous soumettre aujourd’hui (mais n’ayez pas peur ! on y reviendra : vous le savez, je ne lâche pas davantage mes idées qu’un vieux chien ne lâche son os) par l’indignation de voir maltraiter notre langue. Un aéroport, un aéroplane : d’accord, ça vole dans les airs ou ça permet d’y avoir accès. Un aéropage : halte là ! Une assemblée de penseurs, cela n’a rien de léger, ça ne vole pas (et hélas ! quand ça essaie, souvent ça ne vole pas bien haut), inutile donc de rattacher le terme à l’idée d’air (aérien, aération) car il n’a rien à y voir. C’est aréopage qu’il convient d’employer, et je viens de hurler de voir le mot déformé dans un texte grave et douloureux sur le Moyen Orient – il ne me reste plus qu’à souhaiter que les autres lecteurs n’aient pas la même irritabilité d’épiderme que la mienne : car il me faut carrément me gendarmer pour faire abstraction de ce genre de scories de la forme, elles m’empêchent de juger du fond en toute sérénité. Et je viens de pêcher chez Picouly - mais oui, chez Picouly soi-même avec ses grands airs - un « Il ne se départ pas de son allure » qui ignore les bases de conjugaison : « se départir de » appartient au 2ème groupe (il se départit, il se départissait, en se départissant) alors que le voici conjugué comme s’il était du 3ème groupe, celui de partir (il part, il partait, en partant). Et sur la 4 de couv’ on nous annonce des « amours contrariés » - pourtant, « amours délices et orgues » sont féminins au pluriel, on  répète ça comme bijou-caillou-chou-genou-hibou-joujou-pou au rayon des pluriels en X quand on est mômes, alors pourquoi l’oublier ?... Est-ce qu’on oublie les paroles d’Au Clair de la Lune ?

Partager cet article

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens