Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2015 1 04 /05 /mai /2015 08:53

         Je voudrais aussi revenir sur ces couplets chantés dont le texte même de Labiche imposait la présence. Cet héritage du théâtre de la Foire où les airs étaient connus de tous, ce qui permettait au public de chanter avec les comédiens (dans la mesure où l’Opéra ne faisait pas interdire cette pratique pour concurrence déloyale…) a persisté dans le vaudeville et Le Chapeau de paille…en donne une illustration variée. La confier à trois musiciens « rock manouche », paraît-il, qui s’amalgament aux comédiens dans leurs ébats scéniques, n’est ni révolutionnaire ni réussi : en outre les comédiens chantent mal, comme une troupe de patronage aux répétitions insuffisantes (mais ils jouent fort mal aussi, ce que la critique appelle « jouer avec tout son cœur » à défaut de talent). Je ne sais pas s’il y avait d’autres moyens de tirer parti de cette donnée, je ne suis pas metteur en scène (surtout de notre temps !). Mais je ne peux m’empêcher de penser à cette longue série britannique appelée Blackpool, où une intrigue policière et une intrigue sentimentale parfaitement combinées sont soulignées par des exécutions musicales en solo. Tout le monde y passe, David Tennant, David Morrissey… Cela ajoute une note inattendue rappelant que l’histoire n’a rien de réaliste même si elle en prend délibérément l’aspect, et c’est une expérience esthétique très inédite pour le téléspectateur. Naturellement c’est l’aboutissement d’une réflexion en profondeur sur l’essence du comique : elle est permanente à la BBC, mais pas chez nous où on se contente d’emprunter ici ou là quelque truc frappant qu’on n’a aucune capacité pour adapter à notre mode…

Partager cet article

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens