Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2015 3 27 /05 /mai /2015 08:10

         A partir de 1940, inutile d’associer les numéros de blogs à des datations précises : trop de choses dans l’année, trop de souffrances déjà (le rationnement commençait à se faire sentir pour le sucre et le café, sinon pour les poulets de Bresse qui au contraire, gênés dans les expéditions par chemin de fer et bloqués presque sur place, permettaient des agapes quasi hedomadaires à prix réduit au lieu des célébrations un peu solennelles donc beaucoup plus rares qui avaient jusque-là prévalu). Le froid d’un hiver terrible, l’impression que chaque camp restait aux aguets sur ses positions – nos soldats naturellement se faisant prendre par surprise quand le front boche se mettait en marche, défonçant tout, prenant à revers nos défenses imprenables (m’sieu Maginot, y fallait en mettre partout, de ces bunkers mirifiques, et pas rien que sur une portion de frontière, faut jamais faire confiance aux amis d’occasion, et d’ailleurs pas plus m’sieu Maginot que nos soldats n’étaient coupables, c’est plus haut qu’il fallait remonter pour trouver des responsables, parmi les médaillés à badine et monocle). Et puis la débâcle par là-dessus, toute la France sur les routes dans les embouteillages sous la mitraille d’avions se promenant déjà chez nous comme chez eux…Puis les retours si difficultueux en importuns dont les lieux de résidence sont occupés, les masses de prisonniers ou de fugitifs tentant de s’échapper, les familles juives ou les révolutionnaires espagnols reprenant ailleurs la direction d’un nouvel exil…Puis l’entrée dans quatre années d’occupation impitoyable : tout cela fait beaucoup pour l’an 40 et je n’ai jamais compris pourquoi on prétendait s’en balancer si facilement.

 

Partager cet article

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens