Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2015 1 09 /02 /février /2015 10:19

         Je ne vous parle pas trop souvent de me chats, n’est-ce pas ? Eh bien aujourd’hui, j’ai envie de commencer ma semaine par eux, comme ils commencent ma journée. Le réveil sonne, aussitôt Clélie et Django (qui attendaient sans aucun doute ce signal de branle-bas collectif) bondissent sur mon oreiller en évacuant Bulle qui y a passé sa nuit, contre mon visage – d’ailleurs il ne s’agit pas d’une évacuation : Bulle sait qu’elle doit leur laisser la place et se retire dignement. Place aux lécheurs de mon nez : j’ai renoncé à m’en protéger, ces deux-là se sont imbus de la fonction pré-nettoyage et m’appliquent leur technique personnelle d’hygiène – je subis pendant une demi-minute, puis je me lève : il est temps de s’intéresser aux autres présents au petit lever, qui ont investi ma descente de lit et lèvent en chœur leur museau vers moi : Hysope (qui met une double intensité d’adoration dans l’œil qui voit),  Papy (qui poliment a quitté le lieu où mes jambes tentent toute la nuit de rivaliser avec son étalement, il sait que c’est à lui de venir me saluer), Maxence, le chef, l’impérial, qui a lui aussi courtoisement quitté le deuxième oreiller où il a passé sa nuit et se mêle docilement à la troupe sans réclamer de préférence : c’est dès qu’il est question de bouffe qu’il s’arroge le droit d’être servi le premier - des fois qu’il en resterait plus pour les autres, hein ? on sait jamais), Max aussi (qui était le chef avant l’arrivée de Maxence et, pacifique dans l’âme, a renoncé à toutes ses prérogatives et ne se pousse pas au premier rang, comme le font habilement les politiciens en mal de pub), et puis Rookie, le rouquin dernier recueilli et enfin guéri de sa dermite, qui traîne un peu à l’arrière et qui, s’il est sûr de mon affection, n’est pas sûr encore que les autres le considèrent comme de la famille. Je distribue des bonjours sonores en modulant ma voix selon les individus, je caresse au vitesse mais tout le monde a sa part. Le cortège se dirige vers la cuisine pour le breakfast, où l’on retrouve Petit Siam, un adorable                        Siamois couleur de blé mûr dans toutes ses nuances, qui ne quitte pas la cuisine où il s’est annexé une chaise à douillet coussin et qui se contentera sans aigreur d’être servi le dernier… Je me dis souvent que si tout le monde commençait sa journée de la sorte il y aurait moins de violence et d’horreurs aux vingt-quatre heures…

Partager cet article

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens