Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2015 1 26 /01 /janvier /2015 11:48

         Tout génial qu’il est (cf. Tout picard que j’étais…) ce brave Woody Allen n’échappe pas aux ravages du temps qui passe, et qu’on appelle l’âge avec toutes les précautions voulues. Nous y sommes tous sujets – vous aussi, mes belins-belines, tout fringants que vous êtes encore (voir plus haut, ou en termes académiques prétentieux cf supra) mais vous avez encore du temps devant vous. Notre Woody a déjà depuis quelque temps compris qu’il valait mieux se cantonner derrière la caméra que sous les feux des projos pour raisons d’esthétique, même s’il n’a jamais été candidat au moindre concours de beauté. On peut toutefois se demander s’il ne lui faudrait pas aussi passer la main pour la réalisation : ce Match Point qui se traîne aux trois quarts comme une banale comédie chez les riches, sans l’étincelle du moindre badinage amoureux (papa et maman pleins aux as, adoption incroyablement facile du prétendant étranger,  chassé-croisé entre deux couples d’amoureux réalisé sans le moindre soubresaut,

tous les personnages de cette famille devenus autant de marionnettes sans relief) décide dans un dernier quart de devenir polar mondain. N’est pas Sir Alfred qui veut côté suspense ! Le meurtre soi-disant bien conçu de la maîtresse enceinte qui risquait de démolir le ménage ronronnant dans sa richesse est accompli sous nos yeux, les flics malgré quelques soupçons réglant l’affaire sur la respectable  mine du suspect, le clochard drogué providentiel qui servira de parfait coupable…c’est bâti à chaux et à sable en quatre coups de cuillère à pot…Même le symbole explicité de la chance (lorsque la balle de tennis accrochant le bord du filet retombe du bon ou du mauvais côté) repris discrètement par le rebond de l’alliance gravée de la victime qui disculpe le meurtrier en chargeant le clochard) semble une application d’un principe théorique mal digéré. Et cette moralité cynique qui moque les lois de la société n’est pas assénée avec l’ironie

irrésistible d’autres films.

Partager cet article

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens