Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2015 6 03 /01 /janvier /2015 09:23

 

 

 

         On pourrait donc bien considérer ces deux termes, la Shoah et la Nakba, comme des équivalents rigoureux traduisant la douleur et la désolation de deux peuples ayant connu ou connaissant un sommet de martyre et de souffrance. Il est important d’admettre cette équivalence pour démarrer une vision plus efficace d’une solution possible. Pendant soixante ans, et par le biais de cette disposition mondiale qui déniait à la Palestine le titre d’état puisqu’on l’avait livrée sans son accord à l’occupation officielle et définitive d’Israël, tout le monde (ou presque) admit qu’il était normal pour le nouvel occupant de détruire l’ancien dans ses biens et son espace vital, sans reconnaître à l’attaqué le droit de se défendre comme il le pouvait. L’escalade de la violence et de la haine dressant les deux peuples l’un contre l’autre, chacun utilisant les moyens à sa portée (et faute d’armes  recourant au matériau humain puisqu’il n’y avait pas d’autre solution), l’état de fait menait à négliger les bases du problème. C’est seulement devant le nombre croissant des réfractaires à l’armée et à ses méthodes (donc par le biais de l’inquiétude interne et non par ouverture à une réflexion en profondeur) que la nécessité se fit jour pour Israël de prendre le problème par un angle nouveau. C’est le fait d’une tendance qui se développe avec vigueur parmi les penseurs, écrivains, hommes de bonne volonté (pour employer le terme de la période de Noël désignant les humains résolus à améliorer leurs relations avec les autres afin de se mettre en accord avec leur conscience) et qui gagne du terrain malgré l’opposition délibérée des force gouvernementales. C’est pourtant toute une campagne qui démarre…………..A

Partager cet article

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens