Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2014 6 20 /12 /décembre /2014 09:48

         Je pensais tout naïvement, mes belins-belines, vous parler aujourd’hui d’ un bon vieux polar élégant et sans hémoglobine que j’avais déjà vu il y a longtemps. Pensez ! L’Affaire Thomas Crowne, avec Steve Mac Queene (vous savez bien : Au nom de la Loi, le chasseur de primes au stetson drôlement cabossé et au canon de fusil scié… malgré le thème, c’était un divertissement pour familles, c’était projeté le dimanche à l’heure du goûter, c’était inoffensif et ça ne faisait même pas beaucoup travailler les neurones, c’était le bon temps). C’était sans doute que je me rappelais trop bien le système de cambriolage de sa propre banque par le banquier, organisation impeccable, exécution par trois agents ne se connaissant pas et n’ayant rien de commun, ne connaissant pas le commanditaire et payés après coup par mensualités, afin d’éviter de s’exposer à la police par des dépenses soudain inexplicables, une fois la tête tournée par le succès de l’opération. La surprise en moins, je croyais trouver dans cette nouvelle vision au moins le plaisir de ce flirt raffiné entre le banquier et la somptueuse inspectrice de l’assurance qu’on a dépêchée pour la résolution de l’énigme. Et certes elle a un flair étonnant, puisqu’elle devine qui est le coupable dès le premier coup d’œil et entreprend de le séduire jusqu’à ce qu’il lui avoue être l’auteur de la manigance, car il n’y a pas le moindre atome d’indice  et elle espère fournir des aveux en guise de preuves. Eh bien, sans m’ennuyer vraiment, je n’ai pas été tenue en haleine par cette fausse idylle dont chacun sait que l’autre le guette et que sous couleur d’un combat d’amour c’est d’un combat de mort qu’il s’agit… Avec les décennies, les meilleurs scénarios prennent du plomb dans l’aile. Non, je ne vous en parlerai pas…

Partager cet article

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

commentaires

Adrienne 20/12/2014 10:46

LOL vous avez un petit côté Madame de Tourvel, "je vous écris pour vous dire qu'il ne faut plus nous écrire" ;-)

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens