Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 décembre 2014 2 30 /12 /décembre /2014 09:33

        

 

 

         J’ai déjà sans doute eu l’occasion de le dire, plusieurs fois même, car c’est un sujet qui m’irrite. Je sais bien que les associations caritatives de protection des faibles, des pauvres, des malades, urbi et orbi, des frères et sœurs séparés, des populations déplacées, des victimes de séismes ou d’inondations, des migrants et sans abri de toute sorte et partout dans le monde ne sont guère aidées par les finances gouvernementales et doivent compter essentiellement sur la générosité du public. Je leur voue au contraire une infinie admiration pour ce dévouement à des causes perdues, auxquelles bien entendu ajouter la défense des animaux torturés, abandonnés, braconnés, chassés de leurs territoires ancestraux, dépouillés de leur fourrure dans les conditions abominables que chacun connaît, et le bénévolat qui s’y voue est admirable. Et pour atteindre, fort incomplètement d’ailleurs, ces buts visés avec tant de cœur, il faut le même nerf que pour la guerre : Charlot, des sous ! comme criaient les ouvriers dans les premiers temps du règne de De Gaulle. Et il faut donc amener les donateurs à donner : c’est tout simple. Et les pratiques commerciales se généralisent. Si vous faites un don ponctuel, on vous engage à faire des dons réguliers par prélèvement automatique. Si vous versez la même somme chaque mois, on vous incite à donner davantage. Ou on vous donne le détail de ce que coûte une heure de fonctionnement de telle ou telle association (car la somme correspondant à la journée, au mois ou à l’années est inimaginable de soi-même) et en face votre pauvre petite obole apparaît comme honteuse, bonne à se cacher. Mais surtout on fait intervenir les déductions sociales rayon impôts : si vous donnez tant, ça ne vous coûte que le tiers ou le quart, vous donnez le tout mais l’Etat vous le revoudra sur votre imposition. On finit par se transformer en comptable, et le « vous ne payez en réalité que… » sonne tristement et chichement dans ce contexte de générosité théorique…

Partager cet article

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens