Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juillet 2014 1 21 /07 /juillet /2014 10:11

         Rien n’est plus déprimant que de voir combien affleurent la haine et l’incompréhension, voire le parti pris, dans les manifestations de masse pour lesquelles les motivations essentielles ont été l’humanisme, la défense des droits de l’homme, l’indignation devant le déni d’une justice pourtant réclamée par l’ensemble de la planète. J’en veux pour preuve le regroupement de toutes les forces d’indignation (non, pas toutes, heureusement : il y a encore de belles réserves) devant le comportement criminel d’Israël à l’encontre des Gazaouis au cours de la récente escalade qui a fait flèche de tout bois pour justifier une opération militaire de sanglante répression. De tous les coins du monde on a rassemblé les associations caritatives et philosophiques les plus variées, dans les petites et les  grandes villes il y a eu démonstration massive que l’aveuglement complice (ou ontologique par exemple, chez les Américains) des dirigeants décidément sourds devant l’opinion généralisée du bon sens, de la compassion, du respect du droit, est arrivé à son terme et qu’il est temps aux puissants d’intervenir selon la justice en considérant les problèmes avec les bonnes lunettes. Or,   dans ce grand élan qui voudrait enfin faire quelque chose pour le martyre de la Palestine dont l’occupation dure depuis tant de décennies en s’aggravant de mois en mois, certains protestataires font fi des nuances, du moment que cela arrange leur antisémitisme : crier des slogans antisémites ou s’attaquer à des synagogues, ces actions ponctuelles et condamnées mais malheureusement spectaculaires (et seules commentées par les médias) tirent le mouvement  citoyen dans une direction qu’il réprouve et qui n’est pas la sienne. C’est cette même cécité partisane qui a amené la loi Alliot-Marie à poursuivre pour « antisémitisme » toute position qui cherche à enrayer l’emprise israëlienne sur les décideurs européens : ce qu’on ne pardonne pas à un ministre borné et plein de préjugés, on le pardonne encore moins à quelqu’un qui profite d’un mouvement anti-Tsahal pour clamer sa haine des Juifs.

s

Partager cet article

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens