Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2014 3 02 /07 /juillet /2014 12:43

         En dépit d’un rationalisme solidement enraciné, j’adore les films de David Lynch, dans lesquels à chaque instant on bute sur quelque chose d’irréaliste, d’inexplicable, d’inexpliqué, qu’on remâche avec incompréhension sans jamais aboutir à l’apaisement. J’avais en son temps – pas assez éloigné dans le passé, hélas,  pour qu’on puisse espérer un retour de la série sur le petit écran – adoré Twin Peaks, thème, personnages, déroulement des mystères (et la musique, donc, d’Angelo Badalamenti, étonnante, qui vous prend et ne vous lâche plus avec ses grondements de basse à faire frissonner d’angoisse) – et pourtant, voir l’agent du FBI, au dernier moment, se révéler admis dans la cohorte des disparus probablement condamnés à l’enfer, lui qui avait drainé l’admiration et la sympathie générales, c’était difficile à digérer.  J’ai donc regardé dimanche, pour la énième fois, Mulholland Drive, qui me permet à chaque vision de glaner une nouvelle explication sournoisement enfouie : ainsi, la toute première séquence qui est tirée de West Side Story montre l’exaltation d’une « danseuse »qui sera le personnage principal du film, histoire de nous faire comprendre sans délai qu’elle s’imagine être le centre des regards, ce qu’elle est loin d’être et qu’on ne découvre qu’aux trois quarts de l’histoire, quand elle émerge de son rêve. Des choses horribles, meurtrières, apparaissent, visages hideux dont la vue cause la mort (on le reverra pourtant, ce semi-minus revenu dans cette brasserie minable pour expliquer son rêve à son éducateur)…le tout  sans le moindre rapport avec l’histoire de l’actrice droguée. Mais je ne sais toujours pas d’où proviennent ces liasses de cent dollars qu’on cache dans un carton à chapeau…ni le rôle joué par ce cowboy de la banlieue de Los Angeles aux propos sibyllins qui se produit comme des cheveux sur la soupe en pleine nuit – ce sera sans doute pour la prochaine fois !

Partager cet article

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

commentaires

Zzou 02/07/2014 18:36

N'ayant rien compris à la première vision de Mulholland Drive, j'avais néanmoins adoré l'atmosphère générale du film et le jeu à la limite de la perfection des acteurs...
J'ai trouvé les réponses à vos questions (ainsi qu'aux miennes et à pas mal d'autres auxquelles je n'avais pas pensé!) dans un excellent petit livre consacré à ce film et qui s'intitule "Mulholland Drive de A à Y" de D. Dourdine. Une révélation!
La version numérique vendue sur iTunes comporte même quelques extraits du film, ce qui accroît la compréhension des explications données pour quelques-unes des scènes clés. Bien sympa!

Zzou 02/07/2014 21:20

D. Dourdine, dans son livre, avoue 7 visions du film en salle, plus un nombre non précisé, mais apparemment important, sur DVD, pour décortiquer et répondre aux nombreuses interrogations. Il faut bien ça, je pense! :-)
Bonne lecture!

Desvignes 02/07/2014 20:41

Je n'ai pu lire votre nom (en jaune sur fond gris - et puis avec mes lunettes et ma vue basse...), mais je vous remercie vivement de ce tuyau mirifique. Je vais me précipiter sur ce livre de clés, même si ne pas avoir tout compris au bout de six visions ne me détourne pas de ce film palpitant. Merci...

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens