Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juillet 2014 2 22 /07 /juillet /2014 09:51

         Eventrer un hôpital par des chars,  enfouir des malades et des médecins sous les décombres, réduire en amas de pierres et de béton les bâtiments que les bombardements massifs n’avaient pas totalement détruits, chasser les populations affolées devant elles sans recours possible à la compassion ni à la trêve, voilà ce qu’Israël compte au nombre de ses glorieux exploits : c’est comme ça qu’on  supprime de l’existence, qu’on raye de la carte, un pays qu’on juge trop prolifique par rapport à sa propre production d’enfants, un pays dont on convoite encore le peu de territoire qui lui reste après tant de dépossessions successives, un pays sur la terre duquel on s’est installé parce qu’on n’avait aucune racine nulle part. Et le monde laisse faire, puisque seuls protestent, s’indignent, se démènent les gens dépourvus de la puissance de décider, et que les décideurs, même s’ils se sentent vaguement ébranlés par des menées aussi criminelles, aussi cruellement et cyniquement poursuivies, ferment à moitié les yeux sous des prétextes inacceptables et avec des leçons de morale qui se trompent de destinataires. Mais que font donc les Israëliens conscients de la honte qui les atteint, les journalistes honnêtes, les écrivains lucides, les penseurs consternés de voir dans  quels abîmes d’horreur Tsahal la douce prend son plaisir, les David Grossmann par exemple (il a pourtant payé un lourd tribut à la guerre puisque son fils soldat y est mort) et autres auteurs  écoeurés et désolés ? Bonne question, mes belins-belines : mais la réponse est simple : on les persécute aussi, on les bâillonne, on les emprisonne, on les accuse de traîtrise…D’ici à ce qu’on les passe au lance-flammes, il n’y a qu’un pas !

Partager cet article

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens