Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2014 4 22 /05 /mai /2014 08:23

 

A rebours des courants habituels, je n’aime pas beaucoup Almodovar – au moins je joue cartes sur table – à cause de ses outrances, de son mauvais goût, de ses thèmes d’intellectuel tourmenté qui cache sous la quête des origines une fâcheuse propension au malsain. J’ai trouvé intérêt cependant à ce conte cruel (certes bien plus cruel que les plus cruels de Villiers de l’Isle-Adam) parce qu’on pouvait manifestement le classer dans les contes, tout le travail de transsexualité réalisé en quelques années par un chirurgien fou pouvant s’observer comme une BD clinique et stérilisée à laquelle on n’est jamais forcé d’ajouter foi. En dehors de tout contexte réel (le réalisme des opérations se situant curieusement dans une imprécision théorique) ce récit qu’est El Piel que habito, autrement dit « la peau que j’habite, s’exécute comme une vengeance à la fois démente et profondément incestueuse dans un travail sur la peau (trop douce, trop délicate, qu’il faut renforcer, qui deviendra la peau la plus résistante de l’humanité existante) avec ses variantes visuelles remplaçant les vêtements, seconde peau, peau de protection … et certes les poses de yoga ou les extensions élégantes d’un corps superbement svelte sont sublimes. Traitement de conte, enfin, dans sa moralité : la mère de deux fils dingues chacun à sa manière, mais encore les deux fils, sont exécutés sans problème à la fin, redonnant la liberté à leur incroyable victime. Que le châtiment soit imposé comme la seule issue, cela satisfait le public, comme dans les contes fonctionne le merveilleux qui punit les méchants. La dernière séquence, vraiment in extremis, établit enfin le contact avec la vraie vie : comment la mère du garçon disparu acceptera-t-elle, six ans plus tard, de retrouver son fils dans cette belle jeune femme meurtrière qu’il lui faudra cacher ?

Partager cet article

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens