Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 20:16

 

Je ne peux pourtant pas  aujourd’hui, tout de même,

Me mettre à versifier puisque tombe le soir !

Mon cerveau a considéré que le carême

Etait un heureux temps pour mitonner l’espoir

 

D’une petite grève à portée politique :

Réclamant de souffler après si grands efforts,

Sans me laisser le temps de trouver ma réplique,

Sans préavis, sans rien, voilà qu’il fait le mort.

 

Il ne veut s’ébranler que pour la poésie

(Notez bien - c’est son choix - les termes employés)

Et refuse tout net que la pédagogie,

Ou les sujets auxquels je tâche à vous former,

 

Fassent ce soir le fond de ma littérature.

Il renâcle, le bougre, et j’ai besoin de lui.

Je me sens Chevalier de la Triste Figure

Lorsque son fier coursier trop fourbu s’est enfui…

 

En politique aussi il faut qu’on s’accommode

Du visage inédit de la situation ;

Je vais donc accepter de vous livrer cette ode

Faite pour remplacer le Livre de Raison.

 

Mon cerveau a parlé : la voix de mes neurones

Ne veut plus s’exprimer qu’avec l’alexandrin.

Tant pis pour vous ! Moi, je ne veux fâcher personne…

Je vous dis donc Bonsoir, belines et belins !

                                     

Partager cet article

Repost 0
lucette desvignes
commenter cet article

commentaires

Elisabeth 04/04/2014 07:44

Merci pour votre belle inspiration du soir, Dame Lucette, lue dans le ravissement ce matin. Lorsque la prose vous fuit, vous vous vengez en attaquant la poésie, bravant brillamment la difficulté, et on en redemande.

Présentation

  • : Le blog de lucette desvignes
  • Contact

Recherche

Liens